• novembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • StatPress

    Visits today: 81
  • novembre 24th, 2010

    Un sujet encore tabou : L’homophobie

    24 novembre 2010

    Mélanie, Camille, Céline, Elena

    Probléme: Si les jeunes ont tendance à avoir une attitude de rejet envers les homosexuels, c’est à cause d’un manque d’information.

    Démarches : Nous allons envoyer une lettre au service  santé de la jeunesse, qui fait part de notre idée d’intégrer au cours d’éducation sexuelle dans les cycles d’orientation, des informations précises sur l’homosexualité afin d’atteindre notre objectif. Pour les années à venir,  nous espérons que le SSJ continuera de transmette les informations concernant notre projet.

    Objectif : Sensibiliser les jeunes ( 11-15 ans ) à propos de ce sujet encore très tabou qu’est l’homosexualité afin que plus tard, lorsqu’il seront confrontés aux homosexuels, ils aient un comportement et une réaction tout à fait normale envers eux.

    Journal de bord:

    le 21/01/11

    Nous avons pris contact avec Mme  Verheecke en lui envoyant un mail pour lui expliquer notre projet et pour voir si elle pouvait nous renseigner par rapport au manque d’information dans les cours d’éducation sexuelle par rapport a l’homosexualité. Voici l’e-mail:

    Madame,
    Nous sommes quatre étudiantes à l’ECG Jean-Piaget. Dans le cadre de notre cours de civisme, Nous avons comme projet d’intégrer l’homosexualité dans les cours d’éducation sexuelle dans les cycles d’orientation. Pour ce fait, nous avons besoin d’un maximum d’information concernant la politique du SSJ dans le cadre de l’éducation sexuelle dans l’enseignement genevois pour pouvoir faire notre projet au mieux. Pour cela, nous souhaitons vous rencontrer à votre convenance si cela est possible.
    En attendant votre réponse, meilleures salutations.
    Camille Corbet, Céline Riotton, Elena Blanco, Mélanie Da Luz Antunes


    le 23/01/11

    Après cela nous avons reçu sa réponse qui nous a troublé. La voici:

    Bonjour,

    Si vous voulez déjà lire le site du Service Santé Jeunesse, en particulier en suivant le lien:

    http://www.ge.ch/sante_ecole/education_sexuelle.asp

    vous verrez que la prévention de l’homosexualité est déjà “intégrée” aux cours d’éducation sexuelle au CO et au PO.

    A ce sujet, permettez-moi de vous dire que le “projet d’intégrer l’homosexualité aux cours d’éducation sexuelle” paraît quelque peu présomptueux tel qu’il est présenté, non seulement parce que le sujet est déjà intégré depuis au moins une quinzaine d’années, mais aussi parce qu’on dirait que c’est vous qui allez vous charger de l’intégrer…

    ;-)

    Il vaudrait mieux écrire, par exemple: “…projet de noter comment la prévention de l’homosexualité est intégrée dans les cours d’éducation sexuelle”.

    Si vous voulez me rencontrer, pourquoi pas, j’ai la charge de représenter parmi d’autres le travail du SSJ dans le domaine de la prévention de l’homophobie.

    Cependant, je vous demanderai de me faire parvenir au préalable les questions que vous désireriez me poser, afin de rendre notre entretien structuré.

    Ensuite, je vous ferai parvenir des dates disponibles.

    A très bientôt et bravo d’avance pour votre travail !

    Le 28/01/11

    d’après cela nous avons décidé de lui répondre gentiment et de lui envoyé des questions “types” voici notre réponse:

    Madame,

    Nous souhaitons tout d’abord vous remercier d’avoir lu et répondu à notre e-mail. Après la lecture de votre message nous avons parcouru le site du SSJ. Bien que le site soit très complet, certaines de nos questions restent sans réponses. Nous nous permettons donc, de vous soumettre quelques questions au préalable à une rencontre avec vous, ainsi que vous nous le proposiez dans votre message.

    -Pour quelles raisons, la question de l’homosexualité ne figure-t-elle pas de manière explicite dans le programme des cours d’éducation sexuelle aux CO et PO?
    -Le cas échéant, envisageriez-vous de modifier la teneur du site de manière à ce que l’homosexualité y figure clairement?
    -Après avoir posé la question à des proches, des amis, de la famille et dans l’enseignement qui fréquentent ou ont fréquenté le CO et/ou PO, nous constatons que l’homosexualité n’a pas été abordée dans la plupart des cas. Avez-vous une explication à ce constat?

    Il est bien entendu que nous ne prétendons pas nous substituer au rôle du SSJ concernant le traitement de l’homosexualité dans les écoles. Nous menons ce projet dans le cadre d’un cours de civisme qui traite des différentes formes de discriminations et ce projet est l’occasion pour nous d’acquérir une expérience enrichissante. C’est pourquoi nous espérons avoir des réponses dans un entretien que vous fixeriez à votre convenance.

    Recevez, Madame, nos meilleures salutations.

    Camille Corbet , Céline Riotton, Elena Blanco, Mélanie Antunes

    Le 4/02/11
    Nous avons décidé de faire un sondage dans les classes de 1 ère années et de compléments de formation
    pour pouvoir monter un dossier en vue de notre rencontre avec Mme Verheecke. Voici le sondage:

    Concerne: projet de civisme de 3 année. Pouvez-vous faire passer ce sondage dans vos classes préparatoires
    et de 1 ère année. A retourner dans le casier de Mme Sauser-Hall d’ici le 11-02-11
    .
    Merci de votre participation et de votre aide.

    Quatre élèves de 3ème de politique et citoyenneté.

    1)Avez-vous le souvenir d’avoir eu des cours d’éducation sexuelle durant les 3 années du CO?

    2)Si oui, avez-vous eu durant ces 3 années, des informations sur l’homosexualité?

    3)Auriez-vous été intéressés par une information sur ce sujet?

    a)Pourquoi?

    b)Pourquoi pas?

    Voici les résultats imagés de la question 2, concernant le souvenir d’informations reçues sur la question de l’homosexulalité:

    OUI 82
    NON 202
    JE NE SAIS PAS 17
    TOTAL 301

    Le 8/02/11

    Nous avons un rendez vous pour le 15 février avec Mme Verheecke et le 28 février avec le directeur de la SSj et M Sanar a 16h au bureau de la SSj.

    Le 11/02/11

    Nous avons eu les réponses à notre sondage. sur 221 réponses, 153 n’ont jamais eu d’information sur l’homosexualité en cours d’éducation sexuelle, 55 on eu des informations et 13 qui ne savent plus.

    Le 14/02/11

    J’ai reçu le témoignage de M.Sanar par e-mail que je mets sur le site. il nous dis clairement que les jeunes ont besoin d’être informer sur l’homosexualité.

    Bonjour,
    Je ne pourrais pas me prononcer sur les cours concernant l’homosexualité
    puisque je n’ai pas fait mes études en Suisse. Je peux par contre témoigner
    d’un grand besoin d’ateliers concernant des problématiques liées à
    l’homophobies. Le cycle de la Golette est situé au carrefour d’une pluralité
    de culture (plus d’une centaine de dialectes sont parlés au cycle de la
    Golette). De ce fait, il a toujours été central à la Golette d’être attentif
    à des problématiques de “Vivre-ensemble”. D’ailleurs beaucoup de choses, en
    ce sens, ont été entreprises.
    Or, ma surprise n’en fut que d’autant plus grande lorsque la direction a
    émis la volonté de différer des ateliers sur l’homophobie. Non seulement il
    s’agissait bien d’un atelier sur le “vivre-ensemble” tel que le nouveau plan
    Hormos en préconise le développement, mais plus encore, il paraissait urgent
    d’intervenir dans des classes sur cette thématique précise. Des propos
    clairement homophobes sont régulièrement proférés par des élèves. Il ne
    s’agit pas ici de discuter de la teneur des propos, mais simplement de dire
    qu’un discours homophobe s’entend à la Golette. De nombreux maîtres de
    classes étaient déjà intéressés par ces ateliers (il s’agit des enseignants
    à qui j’ai pu en parler sans aucune annonce spécifique. Le nombre aurait
    sans aucun doute nettement augmenté si une information officielle avait été
    donnée à l’ensemble des maîtres) parce qu’il ne savent que trop bien quels
    propos sont tenus par leurs élèves et les enjeux sont sous-jacents à ce type
    de discours.
    Je souhaite vivement que des ateliers sur l’homophobie puissent avoir lieu
    au cycle d’orientation. Il ne s’agit absolument pas de traiter de
    l’orientation sexuelle des uns et des autres, mais bien plus d’une
    sensibilisation à un comportement civil et citoyen dont le cycle est en
    partie garant. La demande pour ce type d’atelier est avérée, c’est bien là
    la preuve d’une réalité qu’on ne peut négliger.

    Bonne continuation

    Raouf SANA, enseignant au cycle de la Golette

    Le 15/02/11

    Nous avons eu le rendez-vous à midi avec Mme.Verheecke, elle a répondu à nos questions.  Elle nous a décrit comment se passait un cours sur la sexualité dans les écoles. Elle nous a dit que le sujet sur l’homosexualité était déjà présent dans le cours. Cependant, ce n’est pas un sujet qui est le plus approfondit  dans le cours. Nous lui avons dit que nous aimerions qu’il y ait plus d’informations sur l’homosexualité sur le site du Service Santé Jeunesse ( http://www.ge.ch/sante_ecole/education_sexuelle.asp ), mais aussi durant les cours d’éducation sexuelle.

    Le 28. février 2011 nous avons le rendez-vous avec le directeur de la SSj et M Sanar a 16h au bureau de la SSj.

    Je mets quelque scann de feuille de sondage que nous avons reçu pour voir un peut la mentalité des jeunes qui sont mal informé en   sortant du cycle.



    Soirée contre l’homophobie à Puplinge

    Problématique: Les préjugés des jeunes de Puplinge sur les personnes homosexuelles. Ces personnes sont discriminées car leurs différences dérangent. Elles sont victimes de moqueries et d’insultes et peinent parfois à s’intégrer dans des groupes de gens hétérosexuels. De plus, le taux de suicide chez ces gens est beaucoup plus élevé que la moyenne.

    Objectifs: Notre objectif est de changer la perception des gens mais surtout des jeunes  envers les homosexuels.

    Activité: Nous comptons organiser une soirée dans la maison de quartier de Puplinge dans le but de réunir le plus de monde possible et de faire passer un message. Notre message serait : Que chaque personne ait droit aux respect et à l’intégration malgré ses différences. Dans notre soirée, nous allons organiser plusieurs activités. La première sera la projection d’un court métrage suivi d’une discussion, mais il y aura aussi de la nourriture et de la musique afin d’assurer l’ambiance et le bon déroulement de la soirée. Une possibilité serait de tenter d’inviter une personne homosexuel ou des jeunes du groupe TOTEM

    Court-métrage contre l’homophobie:

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/nFgYczhF4cU" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    Journal de bord

    Sensibilisation à travers une bonne action en faveur des gens en situation de précarité.

    Problématique: Sensibilisation des gens à travers une récolte d’habits.


    Objectifs:

    Nos objectifs sont de sensibiliser les élèves et professeurs de l’école Jean-Piaget et d’aider des personnes qui sont dans une situation de précarité.

    Activité:

    Nous allons faire une collecte d’habits au sein de l’école. En faisant cette collecte on rend attentif les élèves et les autres personnes présentes dans l’école, que chacun peut faire une bonne action. On fait cela dans le but de faire comprendre que ca ne sert a rien de les discriminés , mais si on a possibilité, autant les aider.

    Journal de bord:

    • Nous avons pris contact avec des associations qui nous ont renvoyé au vestiaire de Caritas.
    • Nous avons demandé la permission au doyen de faire la récolte d’habits durant la semaine qui va du 31 Janvier au 4 Février. (réponse positive) La collecte se passera pendant une pause de 20mn. ( le jour n’est pas encore décidé )
    • On rédige les flyers qui seront distribués le lundi 31 Janvier dans l’école.
    • On doit finir de les rédiger vendredi 28 Janvier.
    • On va demander au secrétariat de faire passer un message à fin de rappeler aux élèves la récolte d’habits.
    • 11 Janvier 2011 :
      - Vu le succès de la première récolte d’habits, nous avons décidé de faire une deuxième.
      - Nous avons demander l’accord au doyen qui a accepté. Il a par contre refusé de refaire un appel au micro du secrétariat.
      - Nous avons fait deux grandes affiches que nous avons disposer à l’entrée de l’école. Une d’elles a été enlevé après le weekend, bien que nous ayons demandé de ne pas le faire.
      La deuxième récolte du mardi 8 Février n’a donc pas fonctionné, surement dut au manque d’informations.
      -> nous n’avons pas eu l’autorisation pour passer l’appel au secretariat et les élèves ne se sont surement pas arreter sur les affiches.
      - Nous avons été apporté les habits de la première récolte à une bénévole de l’association “Arabelle”
      - Il nous reste à aller à “Arabelle” à fin d’avoir des informations sur l’association et voir comment sa se déroule là-bas.

    Liens et documents:

    Homos ou hétéros: nous sommes tous égaux!

    Fatine Maalal, Coralie Venturini, Mélanie Teixeira, Jessie Bertocchi

    Problématique:

    Les préjugés des jeunes sur les homosexuels.


    Objectifs:

    Notre objectif est de sensibiliser des jeunes de 12 à 15 ans, élèves du cycle d’orientation sur les préjugés liés à l’homosexualité. Nous voudrions que ces jeunes nous parlent de leurs préjugés et qu’ils nous expliquent d’où ceux-ci viennent. Pour nous il est important que tout ces préjugés changent, que leurs mentalités voient plus loin.

    Notre objectifs a changé, nous allons maintenant défendre notre problématique et notre activité au Service Santé de la Jeunesse (SSJ). Nous avons dans le but que le SSJ parle de l’homosexualité dans les cours d’éducation sexuelle au cycle d’orientation.



    Activité:

    Nous voudrions nous rendre dans trois classes du cycle d’orientation, une de chaque de degrés. Avoir une à deux heures pour pouvoir discuter avec eux. Nous commencerions par leurs donner des post-it sur lesquels ils pourraient écrire de façon anonyme leurs préjugés et leurs questions auxquelles nous répondrions. Nous avons la chance d’avoir une intervenant qui sera d’accord de témoigner sur son vécu, son coming out et qui pourra répondre à toutes les questions que les élèves se poseront.

    Suite aux réponses négatives donné par les différents cycle d’orientation que nous avons contacté nous avons du faire face à ce problème en le contournant et en s’adressant directement aux Service Santé de la Jeunesse (SSJ) car le Département de l’instruction publique (DIP) nous a envoyé chez eux. Grâce à Géraldine nous avons pu avoir un rendez-vous au SSJ afin de débattre notre sujet . Nous avons du décrire notre activité en détails pour que le SSJ voit nous avons les compétences pour expliquer l’homosexualité aux jeunes adolescents.



    Journal de bord:

    31.03.2011

    -Grâce a l’aide de Géraldine nous avons pu obtenir un rendez-vous au Service Santé de la Jeunesse pour parler de notre projet (le 28 février 2011). Nous avons rencontré le directeur du SSJ pour exposer notre projet et les problèmes que nous avons rencontré pour pouvoir mener à bout notre projet. Ce rendez-vous positif car ils nous ont promis d’en parler à Monsieur Charles Beer lors d’une réunion auprès du Département de l’Instruction Publique. Suite à ce rendez-vous nous attendons toujours des nouvelles du SSJ.

    28.02.2011

    - Grâce à Géraldine nous avons obtenu rendez-vous au Service Santé de la Jeunesse à 16h30.

    11.02.2011

    - Nous sommes toujours en train de rédiger notre démarche et Géraldine nous a obtenu un rendez-vous au Service Santé de la Jeunesse (SSJ) qui aura lieu le lundi 28 Février 2011 avec les autres groupes que Mme Sauser-Hall.

    04.02.2011

    - Nous avons changé de démarche suite aux réponses négatives.

    -Nous avons commencé à décrire notre activité en détails dans le but d’aller avec d’autres groupes d’élèves de l’école Jean-Piaget et Géraldine au Service Santé de la Jeunesse afin de montrer grâce à  des sondages réalisés par un groupe de notre classe. Le sondage a été réalisé et distribuée aux élèves de première année et complément de formation à l’école Jean-Piaget. Nous attendons les résultats pour pouvoir nous rendre au SSJ et leur prouver que notre action serait bien perçu.

    28.01.2011

    -Après avoir contacter les différents cycle d’orientation et en attente de réponses, nous n’avons reçu que quelques réponses qui étaient toutes négatives.  Nous avons donc changer de démarche.

    21.01.2011

    - Nous avons contacté plusieurs directeurs de cycles d’orientation dans l’objectif d’en trouver un qui accepterait notre intervention.

    14.01.2011

    - Nous avons créé un questionnaire que nous allons distribuer à la  fin de notre intervention.

    - Nous avons envoyé un e-mail à Matilde (une de nos intervenants), et appeler Yannick (cousin de Coralie).

    E-mail envoyé par notre groupe a Matilde (Dialogai.)

    Bonjour Matilde,

    Nous sommes des élèves de 3eme année de l’ECG, vous êtes intervenue dans le cadre de notre cours de civisme sur l’homosexualité avec Géraldine.

    Nous aimerions à notre tour savoir si vous seriez intéressée d’intervenir avec nous dans une classe du cycle d’orientation de l’Aubépine. Nous avons déjà un intervenant qui est le cousin de l’une d’entre nous.

    Merci d’avance. Bonne journée.

    Fatine, Coralie, Jessie, Mélanie.

    Réponse:

    Salut,

    Alors oui je serais partante pour une éventuelle intervention au cycle de l’Aubépine, ça serait dans quel degré ?

    Lorsque vous aurez confirmation contactez moi pour qu’on puisse organiser mon intervention (avec l’autre intervenant si possible).

    Vous avez déjà une idée de comment vous voudriez que ça se passe ?

    Bonne soirée.

    Matilde

    17.12.2010:

    -Nous avons commencé a établir l’intervention dans les classes en choisissant l’ordre de la présentation

    -Nous avons créé un Questionnaire, un petit sondage, que nous allons distribuer en fin de séance pour avoir une évaluation de notre intervention, savoir si elle a servi à changer les préjugés.


    Compléments

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/vdKDzZHhvps" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    Nous avons décidé de mettre cette vidéo parce qu’elle est en rapport direct avec notre intervention. Elle résume notre projet sur les préjugés homophobes.


    Racisme et homophobie


  • Homos ou hétéros: nous sommes tous égaux!
  • Aide aux sans-abris
  • Soirée contre l’homophobie à Puplinge – Les jeunes sans statut légal par Yannis et Manu
  • Un sujet encore tabou: l’homophobie
  • Ecole de culture générale
  • Insérez des lois contre l’homophobie
  • LIENS ET DOCUMENTS UTILES:

    RACISME:

    HOMOPHOBIE

    Aveni’Roms

    photo: Eric Roset

    PROBLÉMATIQUE:

    Les Roms subissent des discriminations qui vont a l’encontre des droits de l’homme et qui les empêchent de vivre dignement. Ils sont sujet a des discriminations raciales.

    Nous avons pu nous rendre compte de leur condition de vie à genève et en Roumanie en discutant avec eux. Ce sont des gens très pauvres qui vivent à plus de dix dans une chambre à l’écart des villes car la discrimination en Roumanie est encore pire qu’en Suisse. Malgré cela ils sont très sociables et essayent de s’en sortir comme ils peuvent. Ils sont solidaires entre eux. Ils boivent beaucoup d’alcool pour oublier leur peine.

    OBJECTIFS:

    Nous voulons pouvoir parler de la situation des Roms sans que cela soit un tabou, afin que les gens se rendent compte de l’ampleur du phénomène. afin que les gens puissent mettre de coté leurs préjugés et qu’ils puissent être acceptés comme des personnes ayant des droits. Pour cela nous avons mis en place des objectifs pour amoindrir ces préjugés. d’une part nous devons essayer de rassembler la population genevoise et la population Rom autour d’un bol de soupe et ou un bon vin chaud afin de montrer certains aspects positifs de leur culture, tel que leur coté artistique. nous avons eu l’occasion de découvrir leur culture lors d’une rencontre organisée par l’association mesemrom.

    ACTIVITÉS:

    Nous avons eu rendez-vous a 18heur a l’arrêt du 17 Plainpalais ou nous avons pu voir beaucoup de roms qui c’étaient regroupée pour ensuite allée au PC  ( dortoir )

    Nous sommes allés à une exposition au café Gavroche

    Journal de bord:

    Mercredi 26 janvier à16h nous allons organiser un repas avec des roms sur la plaine de Plainpalais. Nous invitons la population genevoise à venir partager un moment avec les roms afin de découvrir leur culture et leur quotidien. Nous allons également distribuer le GUIDE DE CONVERSATION “BUNA ZIUA” . Ceci dans le but de facilité la communication entre la population genevoise et la communauté rom. Nous aurons sur place  des membres de l’association “mesemrom”, parmi eux se trouveront des informateurs et des traducteurs. Nous espérons qu’autour d’un bol de soupe un mélange de ses deux populations se fera. Que les esprits s’ouvriront. Et tout cela baigné dans la musique roms.

    photo: Eric Roset

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/gXMTg2MWI2A" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    Vie et musique du voyage : Sur ce site vous pourrez trouver un vidéo clip de deux roms qui chantent et jouent d’un instrument, l’un de l’accordéon et l’autre de la guimbarde.

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/0uCTJ7hkX-k" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    Interview à la Radio Suisse italienne


    LIENS ET DOCUMENTS UTILES:

    Association Mesemrom

    GUIDE DE CONVERSATION “BUNA ZIUA” : Bună Ziua est un guide de conversation courante trilingue, proposé sous la forme d’un petit dépliant, facilement transportable (5 x 7 cm). Il peut vous aider à engager un premier dialogue, avec un membre de la communauté rrom de passage à Genève. Près de 30 phrases “types”, telles que “Bonjour, comment ça va ?”, “Où dormez-vous ?” ou encore “Je suis content(e) de vous parler” sont traduites en roumain et en romanes, avec leur phonétique francisée.

    Salon du livre, Genève 2009 : le photographe Eric Roset parle de son approche des Roms, Tziganes, Manouches et Sintis.

    Supplément :

    Sans-papiers

    Problématique:

    Objectifs: Faire connaître à 2 classes de 3 ème année de l’ECG Jean-Piaget les discriminations dont sont victimes les personnes sans statut légal à Genève.

    Activité: Présentation:

    1) Projection de la première partie d’un cours métrage qui propose des témoignages des personnes sans-statuts légal en Suisse.

    2) Intervention d’une  personne qui parlera de la discrimination dont ils sont victimes.

    3) Témoignage d’une personne ayant été sans- statut légal puis ayant obtenu un statut à Genève.

    Liens et documents utiles:

    Visage des sans-papiers en Suisse, Commission fédérale pour les questions de migration CFM

    Collectif de soutien aux sans-papiers Genève : contact Alessandro de Filippo

    Aucun enfant n’est illégal, groupe Facebook

    Exposition itinérante Aucun enfant n’est illégal

    Pour en savoir plus sur les sans-papiers: bibliographie du Centre de Contact Suisses-Immigrés

    Rapport de l’Observatoire suisse du droit d’asile et des étrangers sur les familles en procédure de cas de rigueur et les droits de l’enfant et article sur cette question.

    SIT Syndicat interprofessionnel des travailleuses et travailleurs qui actif  dans la défenses des travailleurs-euses sans statut légal, communément appelé-e-s les sans-papiers

    20.12.10: Dans le cadre de notre activité le but étant de connaître le changement de perception des élèves de l’ECG nous avons fait 2 questionnaires.

    Le premier questionnaire sera donné avant la présentation, pour avoir une idée de leur point de vue et, le second pour voir si la présentation leur a fait changer d’avis.

    Premier questionnaire:

    1) Savez-vous qu’est-ce que le fait d’être sans- statut légal?

    2) Si oui, donnez une brève définition.

    3) Selon vous combien sont-ils à Genève? En Suisse?

    4) Selon vous, dans quels domaines sont-ils discriminés?

    Deuxième questionnaire:

    1) Votre regard a-t-il changé à propos des sans-statut légal?

    2) Pensiez vous que les sans-statuts légal étaient discriminés à tel point?

    3) Avez-vous apprécié cette présentation?

    02.01.11: Envoi du mail pour présenter et prendre rdv à Alessandro.

    Copie du mail:

    Bonjour,

    Je reprend contact avec vous car nous avons enfin établi notre projet.

    Celui-ci serait:
    - Visionnement de la première partie du film “The Kunstmuseum Basel Projection”.
    - Intervention d’une personne qui parlerait des discriminations dont sont victimes les sans-statuts légal.
    - Témoignage d’une personne qui a obtenu un statut en Suisse.

    Nous avons pensez que vous êtes la personne la mieux indiquée pour intervenir sur ce sujet. Nous vous serions reconnaissantes d’accepter notre invitation un lundi du mois de janvier ou février de 13h30 à 15h, la date n’étant pas encore définie.

    Afin de pouvoir en discuter de vive voix nous aimerions dans la mesure du possible vous rencontrer le lundi 10.01.2011.

    Dans l’attente de vos nouvelles, nous vous adressons nos meilleures salutations.

    Laura Diaz & Monica Gonçalves

    (Elèves de l’ECG)

    04.01.11: Réponse au mail.

    05.01.11: RDV pris avec Alessandro pour lundi 10.01.11 à 13h15.
    10.01.11: RDV avec Alessandro annulé car il a eu une réunion urgente car le parlement envisage que les écoles dénoncent les personnes sans statuts légal.
    On a ensuite obtenu un deuxième rdv avec Alessandro le 17 janvier a 15h30.
    Nous avons répondu  à notre propre questionnaire.
    La date pour notre présentation est fixée au 31 janvier 2011.
    Nous avons rédigé la lettre pour proposer à Madame De Sousa et Madame Gualeni de participer à notre présentation.
    Copie de la lettre:

    Chère Madame,

    Pour le cours de politique et citoyenneté avec Mme Sauser-Hall, nous développons le thème : Les personnes sans-statut légal à Genève.

    Le 31 janvier 2011, nous projetterons la première partie d’un cours métrage en rapport avec ce sujet, ensuite nous accueillerons

    M. Alessandro de Filippo, du Collectif du soutien aux sans-papiers, qui nous parlera de la discrimination dont ils sont victimes et répondra à nos questions. Il devrait être accompagné d’une personne ayant obtenu un statut officiel en Suisse.

    Nous avons le plaisir de vous conviez avec votre classe à assister à cette présentation

    Lundi 31 janvier de 13h30 à 15h05.

    Afin de pouvoir organiser au mieux la conférence, nous vous prions de bien vouloir nous communiquer votre participation avant le 17 janvier 2011 à l’adresse mail suivante : Lolo-nadal@hotmail.com.

    En espérant vous voir nombreux, nous vous adressons, chère Madame,

    nos salutations les meilleures.

    lundi 17 janvier

    Madame  de Sousa nous a confirmé la présence de sa classe à notre présentation.

    Nous sommes allées lui remettre le premier questionnaire.

    Mme Gualeni ne pouvant pas participer à ce projet nous sommes à la recherche d’un autre professeur qui serait M Alva Pino.

    15h30 rdv avec Alessandro pour mettre au point son intervention et éventuellement sur celle d’une personne ayant obtenue un statut légal en Suisse.

    Analyse du rdv avec Alessandro:

    Nous avons planifié notre présentation avec Alessandro.

    La présentation se déroulera donc de la façon suivante

    1)  13h30- 13h45:  Accueil des classes + Première partie du court métrage

    2) 13h45- 14h50: Intervention d’ Alessandro et éventuellement d’une personne ayant obtenue les papiers.

    La présence de cette personne n’est pas encore sure car nos horaires ne sont pas combatibles. Alessandro a tout de même d’autre personnes qui sont d’accord de raconter leur histoire. La difficulté est toujours celle de l’horaire.

    Nous avons établis un plan B dans le cas ou il n’y aurai personne de disponible pour raconter son vécu. Dans ce cas la, nous passerions la deuxième partie du court métrage.

    3) Distribution du 2ème questionnaire.

    Nous avons aussi établit avec Alessandro les points qu’ il dévellopera. Il nous a aussi gentiment proposé de nous ramener des prospectus.

    Nous sommes donc quasi prête pour que la présentation se déroule de manière parfaite.

    à ne pas oublier

    Trouver des articles concernant les personnes sans statut légal

    Laura Diaz & Monica Gonçalves

    28.01.11: Après une conversation téléphonique avec Alessandro, nous avons appris que la personne qui était disponible pour venir témoigner a trouvé un travail.

    Sinon pour lundi tout continu comme prévu.

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/l4kcy_hn0w0" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    Lundi 31 janvier:

    Les deux panneaux nous les avons préparé avant la présentation. Sur les  deux affiches nous avons collé des articles de journaux concernant les personnes  sans-statut légal à Genève et en Suisse.

    C’est aujourd’hui qu’a eu lieu notre présentation. Tout d’abord nous avons accueilli la classe participante, puis nous avons pris la parole pour expliquer notre projet et leur montrer pourquoi nous avions choisi ce sujet.

    Puis nous avons montrer la première partie du court- métrage.

    Ensuite Alessandro a pris la parole, et a expliqué le rôle de son association et surtout il a développé le sujet traité soit la discrimination envers les personnes sans statut légal à Genève et en Suisse. Il a parlé dans un langage qui pouvait être compris de tout le monde, il a aussi donné des exemples concrets qui ont permis de mieux comprendre. C’est toutes ces petites choses qui ont rendu la présentation plus interessante.

    Certains ont même posé des questions, ce qui prouve l’intérêt qu’il a sucité.

    Après nous avons montré la deuxième partie du court métrage et distribué les questionnaires.

    A la fin Alessandro a proposé de prendre des prospectus de son association et une feuille qui présente la conférence qui aura lieu le

    lundi 7 février

    Lundi 7 février: Une semaine après notre présentation, nous avons analysé les questionnaires (24 personnes). La présentation a plu à tous les élèves.

    La moitié des participants n’a pas changé d’avis sur les personnes sans statut- légal car ils connaissaient déjà un peu le sujet et certain on argumenté par le fait qu’ils n’avaient pas d’esprit critique sur ce sujet.

    Les deux uniques problèmes que nous avons rencontré lors de notre projet sont:

    - le premier questionnaire n’a pas été rendu

    - la personne  censé venir témoigner a malheureusement pas pu venir car elle a trouvé un stage qu’il a pendant longtemps cherché.

    Nous sommes contentes que la présentation se soit bien passée et surtout d’avoir réussi à terminer notre projet dans les temps.

    “- Pédé!” “-Et Alors!?”

    24 novembre 2010

    PROBLÉMATIQUE:

    Les homosexuels discriminés par la société.

    Que se soit en les insultant, en les excluant ou simplement en ayant des préjugés vis-à-vis d’eux, les homosexuels sont pour la plupart victimes de discrimination. Cette situation est due à plusieurs facteurs, tels que les religions. Le judaïsme considère l’homosexualité comme une abomination, le christianisme et l’islam affirment que c’est contre-nature.

    Il existe aussi d’autres préjugés liés aux gays comme celui qu’ils auraient tous le sida.

    OBJECTIFS:

    Mettre fin aux préjugés qui circulent dans la classe dans laquelle nous allons intervenir afin qu’ils fassent preuve de tolérance à l’avenir.

    ACTIVITÉS:

    Intervention dans une classe de 8ème B, du cycle de la Golette.

    Premières 45min:

    1. Faire circuler un questionnaire anonyme sur leurs idées concernant l’homosexualité.

    2. Débattre du sujet avec eux.

    3. Projeter un court-métrage pour la lutte contre l’homophobie.


    Deuxièmes 45min:

    1. Demander aux élèves de nous dire ce qu’ils ont retenus de la 1ère partie de l’intervention.

    2. Témoignage d’un jeune homme homosexuelle d’une vingtaine d’années.

    3. Questions des élèves.

    4. Faire circuler un autre questionnaire, pour voir si il y a eu une évolution au niveau des idées des élèves.

    5. Demander aux élèves ce qu’ils ont pensé de notre intervention.


    Démarches:

    1. Fixer 2 dates et heures avec le maître de la Golette pour l’intervention.

    2. Prendre contact avec le jeune homme homosexuel pour discuter de l’intervention.

    3. Reprendre contact avec Giulia TESTA de Dialogai afin de savoir si elle a fait suivre notre demande de témoignage auprès de parents d’homosexuels.

    4. Voir avec SANA Raouf (maître de la Golette) les détails de l’intervention concernant le matériel nécessaire : beamer, télévision, lecteur DVD, salle de classe.

    5. Nous répartir les tâches entre nous du déroulement de l’intervention (Qui fait quoi).

    LIENS ET DOCUMENTS UTILES:


    G.R.I.S : Association canadienne mettant en ligne du matériel pédagogique et de prévention.

    Guide:Combattre l’homophobie, pour une école ouverte à la diversité

    GRIS Québec

    Dialogai :travaille, à Genève, sur l’intégration des gays dans la société en tant que citoyens à part entière. Son action tend autant vers la reconnaissance des gays, que vers la défense des homosexuels victimes de discriminations ou d’agressions physiques ou verbales tant dans le milieu professionnel que social, familial, environnemental, légal et dans tous les aspects de la vie.

    Mosaic-Info : Association qui lutte contre les préjugés dont peuvent souffrir les jeunes dans leur entourage et en milieu scolaire

    Articles

    Trois ados “cassent d’un pédé” dans indifférence, article Tribune de Genève 20.11.2010

    “Mon enfant est homo”, témoignages de deux homosexuels et une lesbienne et de leurs parents sur l’homosexualité, reportage Temps Présent

    http://www.tsr.ch/emissions/temps-present/societe-moeurs/1967912-mon-enfant-est-homo.html

    Mail destiné à Monsieur Sana R., le lundi 13 décembre 2010

    “Bonjour Monsieur,
    Élèves en 3ème année à l’ECG Jean-Piaget, nous désirerions intervenir dans une de vos classes sur la question de l’homophobie, ceci avant les vacances de février pour une durée de 2h scolaires.
    D’ici-là on vous fera parvenir une feuille avec des informations plus précises concernant notre intervention.
    Mme Géraldine PUIG du CODAP nous a transmis vos coordonnées, c’est pourquoi nous nous permettons de vous solliciter.
    Pensez-vous que cela vous serait possible? Si oui, pouvons-nous vous contacter par téléphone pour fixer une date pour l’intervention?
    Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos meilleures salutations.

    Samantha, Nil, Ana, Arabella et Jessica”

    Réponse par mail de Sana Raouf envoyée le 13 décembre:

    “Salut!

    J’ai bien reçu votre mail… j’aurais juste besoin de faire un point sur mes cours pour pouvoir vous donner une date définitive. Est-ce que le début d’année (janvier) vous irait ou est-ce que c’est rop tard? ou trop tôt?”

    Proposition de date et informations générales concernant notre intervention. Mail envoyé le 20 décembre 2010:

    “Bonjour,
    J’ai discuté avec les autres filles du groupe et la dernière semaine de janvier est celle qui nous conviendrait le mieux. La semaine du 24 janvier.

    L’idée du projet c’est qu’on vienne dans la classe pendant 2h (2x45min). En premier lieu on distribuerait aux élèves un questionnaire général sur l’homophobie et ce qu’ils en pensent, ensuite on projetterait un ou plusieurs courts-métrages sur le sujet, on en discuterait tous ensembles en ajoutant des éléments, répondrait à leurs éventuelles questions et on finirait avec un autre questionnaire, pour voir si il y a eu un changement dans leur mode de pensée.

    Réponse par mail de Sana Raouf envoyée le 20 décembre 2010:

    “ça me parrait très bien tout ça… Je pense à une classe de 8èmeB, 16 élèves pour lesquels les stéréotypes (homophobes compris) sont bien tenaces. C’est une classe dont les élèves sont sympas mais qui ont vraiment besoin d’être stimulé parce que quelque peu gamins. Trop de plage de réflexion pourrait nuire à la dynamique de l’atelier… Provoyez autant que possible des activités qui mobilisent vraiment tout le monde…

    Petite question : vous préférez 2 périodes de 45 min à la suite ou sur deux jours?

    voilou, je propose qu’on reprenne contact d’ici mi janvier histoire de plannifier votre intervention de manière définitive.

    me réjouis de vous croiser… à tout bient’ et bonne fêtes d’ici là

    raouf..”

    Mail envoyé le 20 décembre 2010, à jeunes@dialogai.org afin de trouver quelqu’un pour témoigner lors de notre intervention:

    Samantha”

    “Bonjour,
    Actuellement élèves en 3ème année de l’ECG Jean-Piaget, nous montons un projet dans le cadre de notre cours de Politique et citoyenneté, sur la sensibilisation de l’homophobie. Notre but serait d’intervenir dans une classe aux cycle et de discuter à ce propos avec eux.
    Nous désirerions qu’une personne homosexuelle ou un parent d’homosexuel, puisse intervenir et/ou témoigner de son expérience.
    L’intervention se déroulerait autour du 24 janvier 2011. Je vous fais par de ce mail afin de savoir si vous connaissiez quelqu’un pouvant nous soutenir pour ce projet.

    Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes meilleures salutations.

    Samantha, Jessica, Arabella, Nil et Ana.

    Réponse de Giulia TESTA le 22 décembre 2010:

    “Salut à toutes,

    Je me réjouis de votre initiative, c’est une très bonne idée. Je vous soutiens volontiers, et par rapport au témoignage que vous souhaitez j’aurais juste une question: est-ce que vous avez des préférences par rapport au sexe de la personne qui va témoigner? Je pourrais vous mettre en contact avec un garçon de 19 ans, ou avec une fille plus ou moins du même âge, ça dépend de vous. Je vais aussi envoyer un email à l’association “Parents d’Homos” (http://www.gpeh.org/) pour voir s’il y a quelqu’un d’entre eux qui serait libre le 24 janvier pour pouvoir participer à votre projet.

    Je vous tiendrai au courant, en attendant faites-moi savoir à propos de la question fille/garçon.

    Des très bonnes fêtes à vous toutes et à bientot,

     

    Giulia”

    Mail envoyé à Sana Raouf, le 10 janvier 2011:

     

    “Cette classe de 8B semble très bien pour l’intervention. Quant au temps on a réfléchit et les 45min séparées semble mieux comme ça les élèves auront réfléchit a notre première présentation.
    Avez vous une date qui vous convient plus.
    Nous vous avions proposé la semaine du 24 janvier.”
    Réponse le 11 janvier 2011:
    “Salut..
    Je préfèrerai début février si possible.. La semaine du 31 janvier… Je les ai le mardi de 8h à 9h30 ou le jeudi même heure. Qu’est-ce qui vous arrange?”

    Mail envoyé à Giulia TESTA, le 10 janvier 2011:

    “Bonjour,

    Je vous recontact au sujet de l’intervention. Pour Repondre a la question du sexe de la personne nous pensons en effet qu’un jeune homme serait mieux. Plus marquant pour les jeunes adolescents.Nous devons encore avoir la confirmation de la date de l’intervention par l’enseignant dont les élèves sont concernés.
    Si vous connaissez quelqu’un avec qui nous mettre en relation ce serait parfait.”
    Réponse de Giulia, le 12 janvier 2011:

    “Salut Samantha,

    Je connais un garçon qui s’appelle Lucien (il a 19/20 ans je crois) qui est toujours prêt à témoigner. Il travaille pour l’association Mosaic-Info, je ne sais pas si vous la connaissez. Voici le lien à leur site internet, si jamais vous êtes intéressés:

    http://www.mosaic-info.ch/

    Voici son contact:

    Lucien


    Si jamais vous avez des difficultés, n’hésitez pas à me contacter.

    Bonne chance avec votre projet!

    Amicalement,

    Giulia”

    Message envoyé à Sana Raouf le 21 janvier 2011:

    “Hello,
    Donc après plusieurs débats on pense que le jeudi 3 février de 8h a 9h30 serait parfait si ça vous convient toujours.
    Aussi nous voulions savoir il était possible que nous disposions d’un beamer et d’une télévision avec lecteur DVD?
    Et pourrions nous peut être convenir d’un rapide rdv avant le 3 pr vous exposer exactement ce que nous allons faire?
    Encore merci de nous accorder la possibilité de réaliser ce projet .”

    Réponse le 24 janvier 2011:
    “C’est moi qui m’excuse de ne pas répondre. J’ai une surcharge de travail ces temps… Un truc de dingue… Bref, je vais voir ce que je peux faire pour le dvd et télé. Ca devrait être possible. Pour le beamer, c’est déjà moins sûr. Peut-être vaudrait-il mieux en emprunter un au CRDP? Mais je vais tenter de faire le maximum. Je te redis tout ça d’ici à mercredi dans l’aprem… On pourrait se voir le 1er février en soirée si ça vous va?
    Un pu à la bourre, m’excuse encore…”

    Première prise de contact avec Lucien le 21 janvier 2011 par mail:

    “Bonjour,

    Je m’appelle Samantha et je suis actuellement en 3e de l’ECG Jean-Piaget en Socio-éducative.

    Dans le cadre de mon cours de civisme je dois réaliser , avec mon groupe un projet concernant les discriminations, la notre est l’homophobie.

    Notre projet consiste a intervenir dans une classe de 8b au cycle de la Golette pr sensibiliser les élèves a l’homophobie.

    Votre témoignage sur ce que vous avez vécu ou vivez nous serait précieux.

    Je vous contacte donc pour savoir si cela vous intéresse et accepteriez de venir avec nous le jeudi 3 février de 8h a 9h30 au cycle de la Golette.

    Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, mes meilleures salutations.”

    Réponse de Lucien le 21 janvier 2011:

    “Bonjour,
    C’est avec grand plaisir que je viendrai témoigner au cycle de la Golette.

    Je dois encore vérifier que je suis disponible le 3 février, je suis en effet entrain de planifier mes vacances universitaires.

    Entre lundi et mardi prochain je vous apporterai ma réponse définitive.

    Bravo pour votre projet et au plaisir de vous rencontrer,

    Lucien Guillermin

    - B I L A N -

    Au final, nous n’avons pas pu réaliser notre projet, mais toutes les démarches entreprises n’ont pas été inutiles.

    Suite au rendez-vous que nous avons eu avec le SSJ (Service de la Santé et de la Jeunesse) des démarches vont peut-être être prises pour lutter contre l’homophobie et d’autres formes discriminatoire au sein des Cycles d’Orientations. Nous avons eu une certaine “influence” pour que les choses changent au DIP.

    D’un point de vue moins administratif, nous avons chacune appris quelque chose grâce à ce projet:

    - entreprendre des démarches

    - prendre contact avec des personnes

    - être moins timide et participer

    - développer des idées et créer un atelier

    Nous avons de meilleures bases pour des projets futur, quels qu’ils soient. Nous avons pu nous rendre compte de l’organisation que cela demandait et s’il y avait des choses à refaire, se serait surement à ce niveau, s’y prendre plus tôt pour prendre contacte et être très vite au clair et organisé.


    Nous avons toutes pris beaucoup de plaisir en réalisant ce projet et remercions Geraldine, ses collaborateurs, ainsi que Mme Sauser-Hall pour cette expérience.


    Merci.

    Court-métrage pour la lutte contre l’homophobie: Omar

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/OFo0XYVkvtI" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    *Questionnaire pour l’intervention

    Sam & Cie

    Aide à la précarité

    Problèmatique: Sensibiliser les gens au manque d’aide aux personnes en situation de précarité.

    Objectifs: Se rendre compte de la situation des personne défavorisées et pouvoir faire quelque chose pour se rendre utile.

    Activité: Notre première activité a été de rencontrer une personne, qui se nomme kevin, au club sociale rive gauche. Nous avons parler avec lui pendant un petit moment et il nous a expliqué le fonctionnement du club social.  Le club social offre plusieurs activités aux personnes qui y viennent , notamment des lotos, des séances de cinéma et des tournois d’échecs. Il y a bien evidemment les éducateurs qui sont en permanence présent pour parler avec eux et les aider a trouver un logement, un travail ou simplement les aider pour les questions administratives. Cependant ils ne peuvent pas aider toutes les personnes car il y en a qui sont en situation illégale sur le territoire et cela devient donc difficile de les aider pour trouver un logement ou un travail. Dans le club social il y a toutes sortes d’origines. Il y a aussi ceux qu’ont appellent les “workingpoor” ceux qui travaillent mais qui ne gagnent pratiquement rien et qui ont besoin qu’on les aides. Il existe plusieurs autres associations qui les aident et proposent différentes choses.

    Notre seconde activité sera de passer la journée dans ce club en compagnie des éducateurs et des personnes qui y viennent. Ont leurs servira le petit déjeuner ainsi que le repas de midi. Nous serons là-bas de 8h00 à 16h30.

    Notre dernière activité a été de travailler pendant une journée au club sociale rive gauche en compagnie d’auxiliaire de cuisine et au service plus des éducateurs. Ces éducateurs étaient là pour encadrer et aider les personnes en difficulté professionnel ou encore pour leurs logements, ou tout simplement être là pour leur parler et les écouter.

    Journal de bord:

    Jeudi 20 janvier 2011: Nous allons rencontrer une personne d’une association pour pouvoir discuter de l’organisation des aides mise en place  pour les personnes précaires puis décider avec la personne qu’on rencontrera d’une activité qui serai bénéfique tant pour nous que pour les personnes en situation de précarité. Par la suite nous mettrons en place notre projet.

    Jeudi 27 janvier 2011: Nous avons été , le lundi 24 janvier 2011, au club sociale rive gauche disctuer avec kevin du fonctionnement du club. Marion a été assez mal à l’aise en entrant car tout les regards étaient posé sur nous. Puis par la suite, elle s’est sentie mieux. Yann lui était assez à l’aise. Ce premier rendez-vous nous a permis de nous rendre mieux compte de la situation des personnes précaires, mais surtout qu’il n’y a pas que des personnes véritablement dans le besoin qui sont présentes, mais aussi ceux qui ont envie de compagnie et de discuter en prenant leurs cafés.

    Jeudi 3 février 2011: Nous avons été au club sociale rive gauche le mercredi 2 février 2011 de 8h00 à 16h45  entant que bénévole. Nous avons, en arrivant, préparer le pain et la confiture a distribuer. Ensuite à 8h30 les portes se sont ouvertes et le monde a commencé à arrivé. Ils avaient tous un tickets (un bon) pour le petit-déjeuner qu’ils déposaient dans un panier pour que par la suite nous les comptions . Après le petit-déjeuner ,qui finissait à 9h30, nous avons ranger les verres et les assiettes qui trainait. Ensuite, nous servions des cafés et des thés, selon leurs envies, jusqu’à 11h30. De 11h30 à 11h45, Yann a coupé le pain et moi je rangeais le garde-manger. A midi, le repas a été servit aux personnes. Ces repas proviennent de l’hôpital qui offre au club social des repas tout les midis. A la fin du repas, nous avons ranger les grands bacs où étaient entreposés les repas. Un peu plus tard nous avons recommencer a servir les cafés ainsi que les thés. A 16h30 les personnes présentes ont commencé à s’en aller car le club allait bientôt fermer. Nous avons donc, en compagnie des auxiliaires, commencer a ranger la salle. Notre travail s’est terminée à 16h45. Dur journée de travail ! Durant toute cette journée les personnes qui venaient ont été plutôt accueillante et souriante. Nous pensions que cela serai plus difficile mais en réalité nous avons beaucoup aimé cette journée car elle a été enrichissante tant au point de vue relationnel qu’au point de vue du travail. Au départ, quand nous ne connaissions pas vraiment en quoi cela consistait, nous appréhendions de venir y travailler car c’est un autre monde  auquel nous ne sommes pas habitués. Mais par la suite nous nous sentions véritablement à l’aise avec eux.

    L’homophobie chez les jeunes: court-métrage

    Suite à de nombreux problèmes de timing,, nous avons souhaité changer de projet. Nous avons alors décisé de réaliser un court-métrage consistant à interviewer des élèves de notre école. Nous ne leur avons pas évoqué le sujet, afin de mieux perçevoir leurs réactions.  Au départ, notre but était de trouver une personne homophobe, deux personnes homosexuelles (un garçon et une fille) et d’autres personnes dont nous ne savions pas leur réactions.

    Au final, nous avons trouvé 9 personnes à interviewer, et un témoignage.

    Le tournage s’est déroulé le lundi 31 janvier à midi.

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/rcT00V3N2Mg" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    Liens d’associations : Dialogai /       Pink Cross

    Liens et documents utiles

    5 films contre l’homophobie:

    El Colo

    Basket e Maths

    Fusion Man

    Pauline

    Omar

    Tikino: collectif tessinois de cinéastes professionnels et amateurs

    //

    // Monde Kino Canada: série de cout métrages sur différentes thématiques du collective canadien Kino

    Festival international du film gay et lesbien de Grenoble

    COURS VIDÉO:

    Prendre en main votre caméra

    Types de plans

    Règle des tiers

    Canevas Synopsis

    Canevas Storyboard

    La vidéo en pédagogie: site internet avec documents pour écrire un scénario, storyboard, etc.

    Initiation au vidéo: site internet sur les plans, composition image, etc…

    Le langage cinématographique: petite grammaire du cinéma

    //