• novembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • StatPress

    Visits today: 10
  • Projet d’échange et de sensibilisation en association avec les requérants d’asile et l’Agora

    Problématique:
    Les requérants d’asile sont souvent victimes de préjugés. On entend souvent dire qu’ils touchent plus d’argent que nous, grâce à notre argent: qu’ils sont fainéant, qu’ils pratiquent des activités illicites, qu’ils représentent un danger et enfin, qu’ils sont différents de nous.
    Les raisons de ces préjugés sont diverses mais proviennent essentiellement des campagnes racistes et mensongères menées par certains partis de droite. Pour cela ils se sont servis de statistiques et de graphiques erronés.

    Ajoutons à cela des discours mensongers et simplistes, répétés jusqu’à ce qu’ils soient assimilés par la majorité de la population. Tout cela a contribué à stigmatiser les requérants d’asile et à créer un fossé entre la réalité et l’opinion toute faite que l’on fournit au peuple. De ce fait, l’intégration devient ardue. Ajoutons à cela l’action et les aides de l’Etat très restreintes et sélectives. Notons également l’absence d’une justice équitable pour ces personnes (la procédure qui les concerne est bien souvent dure à saisir d’autant plus qu’il est fréquent qu’ils ne comprennent pas la langue parlée). Ils sont victimes de nombreux préjugés et de nombreuses injustices, fondées sur une politique intolérante, inégalitaire, mensongère qui vend comme argument la sécurité pour mieux créer la peur, la peur de l’Autre!

    Objectifs:

    • Échanger avec des enfants et des mères requérants d’asile fréquentant l’Agora
    • Sensibiliser la population genevoise aux problèmes que peuvent rencontrer les requérants d’asile et casser certains préjugés.

    Activité:

    Prise de contact avec l’AGORA afin de mettre en place des projets (rencontres, activités et dates à établir) avec des requérants d’asile (enfants et mères).

    Contacter la presse par le biais d’un communiqué pour les informer de notre projet et éventuellement se faire publier.

    Journal de bord:

    Tout a commencé le jour ou un représentent de l‘AGORA s’est rendu dans notre cours de civisme pour nous présenter l’association pour laquelle il travaille et nous parler des requérants d’asile et de leur conditions de vie. Cela n’a pas manqué d’attirer notre attention. D’une part, parce que leurs conditions de vies difficiles nous ont touchées. D’autre part, car nous n’avions qu’une connaissance faible de ce qu’est une personne qui demande l’asile et de son parcours, ce qui nous a poussé a choisir cette thématique plutôt qu’une autre.

    Dès lors, nous avons pris contact téléphoniquement avec Nicole Andreetta (Aumônière à l’AGORA).  Après lui avoir expliqué notre projet,  nous avons convenu d’un rendez-vous dans les locaux de l’association.

    Le mercredi 12 janvier nous nous sommes rendus au rendez-vous à 14h00. Nous avons pu discuter avec Mme Andreetta. Nous lui avons soumis nos idées de projets et avons sollicité son avis afin de savoir ce qui était réalisable (dans un cadre scolaire, sans fond et avec une limite de temps) et si elle avait d’autres idées à nous proposer.

    Nous avons rapidement réalisé qu’organiser des activités régulières et intéressantes n’était pas facile. De même, trouver des fonds et des lieux nécessitait une grande organisation et de nombreuses démarches.

    Le mercredi 26 janvier était la date de notre deuxième rendez-vous mais surtout, représentait la première rencontre avec les requérants. Nous avons fait connaissances avec de nombreux enfants, ainsi qu’avec des membres de l’Agora qui nous ont accompagné dans le cadre d’une sortie à la patinoire avec des enfants. Cette après-midi patinoire a été appréciée par tous. Quant à nous, le plaisir de rigoler, de discuter et d’échanger en s’amusant avec les enfants, pour apprendre à les connaitre, a été l’un des meilleurs moments.

    Par la suite, nous nous sommes rendues avec l’équipe et les enfants chez une dame qui nous a accueillies pour prendre le goûter chez elle. Les enfants avaient fait des pâtisseries le matin, que nous avons partagées, et la dame chez qui nous étions a ramené des boissons et d’autres choses. Cela nous a permis de nous réunir et de pouvoir discuter avec certaines mamans qui étaient elles aussi présentes pour le goûter.

    Plusieurs choses nous on frappées lors de cette discussion, à commencer par l’accueil chaleureux que l’on nous a réservé. Cette dame était heureuse de nous accueillir  (nous étions une vingtaine avec les enfants), avec ses moyens limités dans son petit appartement, chose qui devient rare de nos jours. Ensuite, en parlant avec ces dames, nous avons été surprises et très touchées par les difficultés qu’elles peuvent rencontrer pour des choses banales de la vie quotidienne (se rendre chez le médecin, aller à la pharmacie, travailler, obtenir un rendez-vous, les contraintes pour avoir le minimum vital…) ainsi que par certains préjugés qu’elles subissent ( ex: le facteur a dit à une dame qui n’a pas d’autorisation de travailler mais qui va tous les jours à l’école et qui s’occupe de ses enfants, du ménage, de la cuisine… qu’elle ne devrait pas le stresser pour son courrier, car elle ne faisait rien de la journée à part se croiser les bras sur son canapé).

    De plus, nous avons appris, par des membres de l’Agora, d’autres difficultés que ses personnes rencontraient, à plusieurs niveaux. Au niveau des logements, les hommes vivent à quatre dans un appartement qui a pour superficie la taille d’un salon.  Nous avons pu nous-même observer une mère qui vivait avec ses deux enfant et qui en attendait un troisième. Cette dame dort dans la même chambre que ses enfants et bientôt un bébé va venir. Comment les enfants feront-ils pour être en forme pour  suivre des cours en dormant avec un nourrisson qui a un rythme de vie décalé??? Peu importe on lui a déjà annoncé que l’on ne lui accorderait pas d’appartement plus grand…!

    Ils nous on également parlé de la situation financière précaire dans laquelle se retrouvait les requérent d’asile déboutés ou les personnes avec un statut de Non Entrée en Matière (NEM) avec juste le minimum vital – l’aide d’urgence. Puis des lois toujours plus dures, visant à décourager les gens. Mais aussi, l’autorisation de travailler qui leur est refusée ce qui pousse parfois ces personnes à travailler au noir ou à tomber dans des activités illicites, même si ce n’est largement pas le cas de tous.

    En outre, il y a aussi le témoignage d’une mère à laquelle nous  avons demandé si les enfants posaient des questions en rapport avec leur situation, s’ils se sentaient différents des autres enfants? Cette maman à répondu qu’elle était souvent confrontée à des questions du type: Pourquoi on ne peut pas avoir les mêmes choses que les autres enfants? Pourquoi on n’a pas une chambre à nous? Pourquoi on dort tous ensemble et mes amis pas? Pourquoi tu ne peux pas m’acheter ce jouet?

    Tant de témoignages qui nous ont fortement saisis: en parler en classe c’est une chose, mais en parler avec les personnes concernées et le percevoir en est une autre.

    Quant aux membres de l’AGORA que nous avons rencontrés, ils ont tous été accueillants, souriants, ouverts au dialogue et nous ont permis de préciser et d’apporter de nouvelles connaissances au sujet des requérants et de leurs conditions de vie.

    Ces rencontres ont donc été très enrichissantes et riches en émotions.

    Mardi 1er février

    Nos démarches pour obtenir un stand en vue d’une vente de pâtisseries le samedi 12 février, dont les bénéfices seraient reversés à l’association des Araignées Artisanes de Paix s’avère compliquée. Déjà un refus, sans doute en lien avec les votations à venir. Notre projet avec des requérants semble déranger certaines personnes. Néanmoins, nous sommes parvenues à obtenir un emplacement à Plainpalais, ce qui est pour nous une victoire car c’est un bon emplacement pour vendre et, nous espérons ainsi faire beaucoup de bénéfices pour l’association. La leçon du jour reste que pour certains projets,  il faut savoir tourner sa demande sans préciser tous les détails car les préjugés contre les requérants d’asile persistent…

    Vînt ensuite le troisième rendez-vous du mercredi 02 février. Cette fois, nous avons passer la journée dans les locaux de l’Agora avec les enfants, Tourgoute (qui est stagiaires à l’Agora) et Mme Andreetta. Nous avons fait des jeux avec les enfants. Cela a débuté par la confection d’un Memory: nous avons découpé des cartes de mêmes tailles puis, nous avons fait des dessins dessus avec les enfant, afin de réaliser notre “Memory” personnalisé.

    Nous avons également fait des dessins avec les enfants et commencé à confectionner des affiches, pour solliciter des dames intéressées à faire de la pâtisserie pour la vente du samedi 12 février. Ensuite, Nous avons joué au Memory avec les enfants, qui étaient d’ailleurs très doués. Une fois la longue partie achevée nous avons goûté tous ensemble puis nous sommes rentrées.

    Les moments passés avec les enfants nous apportent beaucoup de plaisir et de satisfaction, ils sont tous adorables, curieux de nous connaitre et très attachants. Ils se comportent en général de façon exemplaire sauf quelques rares fois où il faut leur rappeler de se tenir calmes, mais quoi de plus normal pour un enfant?

    Mercredi 9 février

    Nous avons eu rendez-vous à l’AGORA à 13h30 afin d’aller à la bibliothèque avec les enfants qui devaient y écouter un conteur. Cependant, nous ne nous sommes finalement pas rendues à la bibliothèque comme prévu car les mamans des enfants avaient prévu une autre activité ce jour là, ce qui est normal: comme toute personne, ces gens ont parfois des choses de prévues qu’il faut respecter d’où la possibilité de rencontrer des imprévus comme celui-ci.

    Nous en avons alors profité pour discuter avec Nicole afin de préparer les derniers détails de la vente de pâtisseries qui allait avoir lieu d’ici peu. Nicole nous a donné un grand nombre de documents et d’informations à mettre sur notre stand et à partager avec des personnes intéressées, dont notamment un petit bouquin intitulé: “Dessins d’exil”, dans lequel figurent des dessins de requérants et des citations. Si nous parlons de ce document en particulier, c’est parce qu’il nous a énormément touché.  On y perçoit les peines, la douleurs mais aussi les espoirs de ces personnes qui nous livrent un petit bout de leur passé souvent très douloureux. Face a un petit livre chargé de témoignages simples et tellement parlant nous n’avons que pu être émues.

    samedi 12 février

    Voila enfin arrivé le jour de la vente de pâtisseries, nous nous sommes rendues sur les lieu après quelques difficultés pour trouver notre emplacement puis, nous avons monté et organisé notre stand ou étaient disposées pâtisseries, boissons chaudes, pancartes et prospectus. Merci d’ailleurs à Claudia pour nous avoir aidé à monter le stand et à une femme membre des Araignées artisanes de paix pour les documentations supplémentaires concernant l’association au bénéfice de laquelle irait la vente de pâtisserie. Merci également à toute les personnes qui sont venues nous rendre visite sur place et nous apporté des pâtisserie supplémentaires. Nous avons donc débuté le matin en nous répartissant les tâches, Ingrid, Liliana et Nabayt au stand pour vendre, et moi même ( Mélinda) pour aborder les gens dans la rue, leur expliquer pourquoi nous faisions cette vente et pour qui, ce qui avaient pour but de ramener les passants vers notre stand.

    Lors de cette journée nous avons eu beaucoup d’échanges avec les personnes sur la plaine de Plainpalais. Ces échanges étaient pour la plupart agréables et enrichissants, même si les personnes ne partageaient pas toujours tous nos point de vues…

    Toutefois, il y a eu parfois quelques rares confrontations avec des personnes qui n’approuvaient pas ni ne comprenaient notre démarche. Néanmoins dans l’ensemble se fut une agréable journée et nous avons été très contente de pouvoir compter 400- fr de bénéfices au profit des araignées artisanes de paix en fin de journée.

    L’entrain et la reconnaissance que nous a témoigné l’association bénéficiaire nous a beaucoup touché et le plaisir était entier et partagé.

    Pour terminer, nous remercions l’ensemble des personnes qui nous aidées à réaliser ce projet ( Mme Luthy, Géraldine Puig, les membre de l’AGORA et spécialement Mme Andreetta et les Araignées Artisanes de Paix). Nous remercions également les  femmes requérantes d’asile pour leur accueil chaleureux et la confiance qu’elles nous on témoignées ainsi que l’aide apportée lors de la confection des pâtisseries.

    Communiqué de presse envoyé aux médias le 10.2.2011

    Interview à Léman Bleu, le jeudi 10 février 2011 (dès la minute 22)

    Vente de pâtisserie du 12 février:

    Agora

    Liens et documents utiles:

    Outils pour communiquer avec les médias et rédiger un communiqué de presse

    • Halte aux abus? Réponses à 10 préjugés sur l’asile
    • “En 1985, je n’imaginais pas un avenir aussi sombre pour l’asile.”  Interview d’Yves Brutsch, référence romande en matière de droit d’asile et initiateur de l’Observatoire du droit d’asile et des étrangers
    • En Suisse, depuis l’entrée en vigueur de la la dernière révision de la Loi sur l’asile (LAsi), les requérant-e-s d’asile débouté-e-s sont exclu-e-s de l’aide sociale et soumis-e- au régime de “l’aide d’urgence”. Ce régime les discrimine dans leurs droits fondamentaux, les prive de toute autonomie et de toute dignité. Le Collectif droit de rester et la Coordination asile se mobilisent contre cette forme de contrainte imposé aux requérant·e·s d’asile débouté·e·s. Dans ce film, les personnes directement concernées parlent.

    Débouté-e-s Debout! 1/2 (migrant-e-s en Suisse)
    envoyé par Droitderester. – Regardez les dernières vidéos d’actu.

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/cB-LrUqMcFs" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    4 Commentaires pour “Projet d’échange et de sensibilisation en association avec les requérants d’asile et l’Agora”

    1. catherine luthy écrit:

      Bonjour !

      Merci pour cette problématique déjà bien développée. L’objectif de votre projet ainsi que les activités doivent me parvenir au plus tard demain mardi 11 janvier (évaluation du semestre).

      Bien à vous.

    2. geraldine écrit:

      Bonjour,

      Merci de mettre à jour pour la semaine prochaine votre page de blog avec toutes les activités que vous avez prévues…

    3. catherine luthy écrit:

      Bonjour à vous,

      Votre page reste déséspérement vide !? Ce blog n’est pas facultatif.

    4. catherine luthy écrit:

      Félicitations pour votre blog intéressant, personnel et pertinent sur le sujet. Belle implication de vous quatre !

    Laisser un commentaire