• décembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • StatPress

    Visits today: 38
  • Migration

    Intégration et médias

    23 avril 2012

    La politique d’intégration à Genève

     

    Comme introduction nous nous permettons de vous citer quelques articles de loi que nous avons pu recueillir !

    Législation genevoise

    Loi sur l’intégration des étrangers (LIEtr)

    Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

    Préambule

    Reconnaissant la pluriculturalité du canton de Genève, afin de favoriser la participation des étrangers à tous les domaines de la vie publique et d’éliminer les inégalités et discriminations directes et indirectes;

    considérant qu’il est de la responsabilité des autorités cantonales de promouvoir une politique de l’intégration favorisant, d’une part, la participation la plus large possible des étrangers à la vie communale et cantonale et, d’autre part, la sensibilisation de l’ensemble des résidents aux enjeux d’une société multiculturelle visant au respect de l’identité culturelle de chacun

    http://www.ge.ch/legislation/rsg/f/s/rsg_a2_55.html

     

    Le rôle de l’Etat

    On le sait, l’essentiel de la politique dans les domaines de l’asile et de l’immigration est du ressort de la Confédération. Mais le canton bénéficie de marges de manœuvre très importantes en ce qui concerne l’éducation, la santé, le social, l’intégration (loi cantonale du 28 juin 2001) sans omettre les compétences cantonales au niveau administratif

    Ainsi donc, en ce qui concerne la problématique de l’intégration, l’État joue un rôle majeur dans tous les processus et à tous les niveaux.

    http://www.ge.ch/dspe/doc/26-11-07-vol1.pdf

     

    Par souci d’efficacité et pour privilégier une approche de proximité, la mise en œuvre de cette politique d’intégration s’appuiera prioritairement sur les associations et sur la société civile

    http://www.ge.ch/legislation/rsg/f/s/rsg_a2_55.html

     

    Malgré le fait que l’Etat définit les choix collectifs et le cadre légal, qu’il redistribue des richesses collectives, qu’il assure les prestations dans le domaine des services publiques et qu’il porte une attention à l’intégration de ses propres employés immigrés. Il demande une implication prioritaire aux associations ainsi qu’aux citoyens du canton.

     

    Nous avons choisi comme sujet l’intégration à Genève parce que la première raison consistait à apprendre ainsi que comprendre le sujet. Il est vrai que nous avons pour habitude de penser que le canton et plus particulièrement la ville de Genève a cette particularité d’être considérée comme internationale.

    En lien avec certains quotidiens genevois, nous avons tendance à lire une stigmatisation récurrente des étrangers, lorsqu’ils ont commis un délit, une infraction ou débordement quelconque.

    Une phrase qu’on entend souvent dans la bouche de citoyens genevois « les étrangers ne veulent pas s’intégrer ! » dans la plupart du temps influencé par la prise de position des médias.

     

    La Roseraie

     

    Nous sommes arrivés àla Roseraieà 9h et nous avons été accueilli par Fabrice et Géraldine dans une salle où il y avait environ 10 personnes. Ces gens jouaient au UNO avec un civiliste (francophone) et avec ce jeu ils exercent le français dans une bonne ambiance.

     

    L’association accueil des requérants d’asiles et autres, hommes, femmes et enfants.

    Toutes les activités proposées sont gratuites au moment qu’ils décident de venir. Ils doivent inscrire leur nom et leur nationalité.

     

    Tous les matins il y a des cours de français. L’après-midi se sont des activités plus conviviales et le vendredi ils font des sorties.

     

     

    Interview

     

     

    Nous avons rencontré Guadeloupe elle est d’origine Equatorienne. Elle est établie depuis 5 ans Genève.

    Elle nous a expliqué que son intégration a été très difficile à cause de la langue française.

    Elle s’est marié avec un Suisse et elle habite à Meyrin.

    Elle avait trouvé un premier travaille dans un hôtel comme femme de chambre. Un jour elle s’est proposée de faire une formation et cela lui a été refusé. Son patron la licencié. Après multiples recherche, elle a trouvé un travail dans un atelier de couture provisoirement. Depuis, elle est à la recherche d’un nouveau poste de travail.

     

     

    Après, nous avons rencontré Mohamed qui est arrivé en Suisse il y a 2 ans. Il est de nationalité Erythréen avec un permis de travail B. En arrivant à Genève il a fait une demande d’Asile.

     

    Mohamed a dû prendre divers moyens de transport pour arriver en Suisse :

     

    -Turquie – Grèce en bateau

    -Grèce – Italie en bateau

    -Italie – Vallorbe en voiture

    -Vallorbe – Genève en marchant

     

    Mohamed, nous a expliqué qu’il avait fait 3 ans d’armée en Erythrée sans voire sa famille. Quand il a décidé de quitter  l’armée il s’est fait battre par ses supérieurs.

     

    Quand Mohamed est arrivé en Suisse, il a eu une deuxième renaissance. Maintenant il fait le maximum pour  faire venir sa famille auprès de lui.

    Mohamed veut absolument s’intégrer c’est pour ça qu’il apprend  le français àLa Roseraieet il est à la recherche d’un emploi.

     

     

    Résumé

    Cette interview a duré de 18h45 à 19h55 la date 01.06.2012,

     

    Profit de la personne nom et prénom : M.Peta Giraud elle à 45 ans et elle fait partie du PDC Genevois. Elle a créé 3 associations :

    • dont fondation quartier  1218 : leur objectif est de favoriser la communication à travers le sport puis des repas que les personne apporte selon leur culture.
    • ASAP (association attentif pommier) : ils sont attentifs à l’intégration, travail avec ONU et il crée un espace de rencontre à travers un repas ou jeux de société et ils peuvent bénéficier d’une visite culturelle dans la cité de Calvin le week-end.
    • Marcher international de l’ONU : les personnes qui  fréquentent l’association peuvent représenter leur pays à travers leurs spécialités culturelles à travers le marché

    Résumer : sur le territoire genevois le pourcentage d’étranger est de 56%

    Commune qui possède plus d’étranger sont Meyrin, Vernier, Grand-Saconnex  et 1201 Ville de Genève.

     

     

    Il convient en particulier d’examiner si la requérante ou le requérant :

    a. c’est integré-e dans la communauté suisse

    b. c’est accoutumé-e au mode de vie et à l’usage suisse ;

    c. Se conforme à l’ordre juridique suisse ;

    d. Ne compromet la sureté intérieure ou extérieure de la suisse

    e. Possède une situation permettant de subvenir à ses besoins et à ceux des membres de sa famille

     

     

     

     

     

    Adaptation à Genève

    1) Connaissance objective de la langue française

    2) Stabilité professionnel

    3) Remplir ses obligation familiales d’entretien pour les divorcés , père célibataires etc.

    4) antécédent  judiciaire

    5) affaire de police

    6) dettes d’assistance en tous genre

    7) motivation de la demande

    3. Moyens imaginés pour atteindre cet objectif:

    (Définissez précisément quelle activité vous allez mettre en place)

     

    4. Association ou service de l’Etat connus travaillant sur cette problématique:

     

    5. Etapes, calendrier et responsable pour la réalisation de l’activité:

     

    6. Quels moyens allez-vous utiliser pour évaluer votre activité et vérifier que vous avez atteint votre objectif de projet?

     

     

     

    Liens:

    L’intégration et les médias: recommendations de la Commission fédérale des étrangers, 2007

    Forum suisse pour l’intégration des étrangers et des migrants: les migrants dans les médias 

    Centre d’accueil et de formation de la Roseraie

    Femmes Sans-Papiers

    31 janvier 2012

    1. DESCRIPTION DE LA PROBLÉMATIQUE (QUI, QUOI, QUAND, OU, COMMENT, POURQUOI?)

    Les femmes sans statut légal sont vues d’un point négatif aux yeux de la plus part des personnes, tous cela dû aux médias qui leur montrent une mauvaise image de celle-ci. Nous allons essayer de détruire ses préjugés car ses femmes ont également droit au même respect surtout que certaines travaillent et font leur vie malgré le regard des autres. C’est pour cela que nous avons interviewé une femme qui se trouve dans ce cas.

    QUELS SONT LES ASSOCIATIONS OU SERVICES DE L’ÉTAT TRAVAILLANT DÉJÀ SUR LA QUESTION ET QUELLES SONT LES STRATÉGIES MISES EN PLACE?

    Nous avons déjà contacté le collectif de soutien aux sans papiers, une association qui nous a aidé a trouver une femme qui pourrait être intéressée à notre projet. Dû à un contre temps nous n’avons pas pu aller au rendez-vous et essayons de la contacter de nouveaux. N’ayant pas de contact avec celle-ci, Jeanne nous a présenté une femme sans statut légal qui était disposée à nous accorder un peux de temps. C’est grâce à Jeanne que notre projet à pu prendre une forme concrète et que l’on a pu avancer.

    2. ETABLISSEMENT D’UNE STRATEGIE D’ACTION

    OBJECTIF  DU PROJET (spécifique, mesurable, atteignable, réaliste, défini dans le temps):

    Ce que nous voulons faire c’est pouvoir montrer aux personnes qui ont des préjugés négatifs sur les femmes sans papiers que ces femmes sont comme toutes les autres. Nous souhaitons montrer le vrai côté de la vie de ces femmes. Elles font de leur mieux pour être socialisée autant que les autres alors qu’aucune aide leur est admise ni quasiment aucun droit. Avec ce témoignage nous pourrons prouver qu’elles essayent de leur mieux de s’intégrer à la société. Nous montrerons également qu’elle travaillent pour un salaire extrêmement bas , qu’elle payent leur loyer comme tout le monde mais tout cela sans pouvoir profiter de quelques moments de détente.

    PUBLIC CIBLE : 

    Notre exposition se passera dans l’établissement de Jean-Piaget pour sensibiliser les jeunes de 15 à 20 ans mais nous donnerons notre projet a une association pour qu’il puisse être utile dans d’autre circonstances et pour qu’il puisse être affiché dans cette association.

    QUELS SONT MES ALLIES ? QUELS SONT MES OBSTACLES ? 
    ALLIES :

    Il y a une association qui nous a aidé jusqu’ici c’est le collectif de soutien aux sans papier. Grâce à eux nous avons eu le numéro d’une femme, malheureusement le contacte avec celle-ci n’a pas eu lieu. Par la suite, nous avons connus Jeanne qui nous a trouvé le contacte d’une femme qui était prête a réponde à nos questions.

     OBSTACLES :

    Nous avons eu un problème d’organisation et nous n’avons pas pu aller au rendez-vous avec la femme dont le collectif de soutien au sans-papiers nous a donné le contacte . Nous tentons en vain de l’appeler mais le numéro est maintenant éteint. Nous allons devoir communiquer de nouveau l’association qui nous a aidé pour avoir encore un peu d’aide. Malgré cette démarche nous n’avons pu joindre cette femme. Un autre obstacle qui lui nous a fait changer un peux notre projet, ce sont les photos que l’on voulait prendre de ses femmes. Le problèmes c’est que la femme dont on a eu le plaisir de rencontrer travaillait dans une maison privée donc pour un patron privé et non pour une entreprise.

     DESCRIPTION DE L’ACTIVITÉ PRÉVUE: 

    Dés que nous aurons les photos, nous les disposerons sur une feuille cartonnée rouge enfin une ou plusieurs cela dépendra de combien de photos nous aurons. De plus, nous parlerons avec ces femmes pour en savoir plus et pour pouvoir écrire un petit texte a la fin de chaque image pour les expliquer et pour montrer ce que vivent ces femmes, leurs quotidiens, leurs souffrances et leurs bonheurs. Nous avons changé un peux de projet, les photos ne sont plus là, mais il y a des textes, un témoignage qui nous a aidé. Sur les panneaux, il y figure des articles de la déclaration universelle des droits de l’homme et le témoignage de cette jeune femme pour prouver que ces droits  ne sont pas appliqués.

    ÉTAPES A RÉALISER ET RESPONSABLES:

    Comme nous avons changé de projet enfin de matériel, nous possédons à cet instant le témoignage de la jeune femme et les différents articles.

    RESSOURCES NÉCESSAIRES (MATÉRIELLES, HUMAINES ET ÉVENTUELLEMENT FINANCIÈRES) :

    Nous devons avoir une aide financière mais petite car nous devons acheter des grandes affiches rouges, de la colle et ensuite il faudra les plastifier. Nous avons besoin également de l’autorisation de l’école mais une réponse positive nous est parvenue.

    CALENDRIER:

    Nous avons eu du retard donc nous allons essayer de rattraper le temps perdu. J’ai recontacté l’association et je vais désormais recontacter une femme sans papiers pour prendre rendez-vous et discuter. Il manque tout le projet, il faut le plus rapidement faire les photos pour pouvoir avancer. Nous avons réussi à finir le projet à temps dû à l’interview que l’on a fait.

    COMMENT ALLONS-NOUS ÉVALUER LES RÉSULTATS DE NOTRE PROJET?
    TITRE DE NOTRE ACTION:

    Sensibilisation face aux préjugés négatifs des femmes sans papiers.

    3. JOURNAL DE BORD:

    Tout d’abord au premier cours nous avons réfléchie sur le sujet de notre projet nous avons donc décidé de faire sur les femmes sans papiers. Directement le deuxième cours nous avons eu rendez-vous avec l’association Le collectif de soutien aux sans papiers, nous avons parler du déroulement de notre projet avec Alessandro et lui avons demander de l’aide. Alessandro  nous a donc trouvé le numéro d’une femme. Dû à un contre temps nous n’avons pu aller à ce rendez-vous. Maintenant nous essayons de contacter de nouveau cette jeune femme. Nous avons rappeler Alessandro qui nous a donner le numéro de chez elle. On a également reçu aujourd’hui l’autorisation de l’école pour pouvoir exposer nos affiches. Aujourd’hui 6 mars nous avons finis le projet et déjà affiché les panneaux devant l’école.

    4. LIENS

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/wzBJrthVTJs" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

     

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/FTSQG8A3ZdQ" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    ” Nous somme passé de sans-papiers à TRAVAILLEURS sans-papiers.”

    ” C’est la peur au ventre qui me fatigue plus que le travail.”

    Les sans-papiers doivent se cacher sans arrêt et ne peuvent pas se permettre de consommer comme nous dû à leur salaire qui est faible.

     5. Bilan

    J’ai finis le projet et mis les affiches à l’entrée de l’école, malheureusement je n’avais pas pensé à réfléchir la manière d’évaluer ce travail. Je pense que mon objectif premier n’est pas totalement atteint parce que oui j’ai finis les affiches mais je ne sais pas si elles vont toucher les jeunes et les sensibiliser à ce sujet. J’ai observé quelques élèves entrain de les lire mais je n’ai pas entendu beaucoup de réactions. Donc pour moi, j’ai échoué sur le point de l’évaluation du projet. Si j’aurais eu plus de temps je pense que j’aurais pu trouver une manière de vérifier l’impact de mon travail mais comme j’ai changé de sujet durant le temps donné je n’y est pas pensé. J’aurais pu par exemple, demander à des professeurs d’aller voir l’exposition et préparer un questionnaire.

    J’ai énormément apprécier ce projet car j’ai vu que je pouvais me débrouiller toute seule et faire quelque chose de joli et compréhensible. La rencontre avec la jeune femme sans statut légale était géniale, j’ai vraiment apprécié de passer ce moment de discussion. J’ai effectivement appris beaucoup de choses sur ces femmes, le pourquoi elles sont ici, leurs conditions de travail, leurs quotidiens difficiles.

    Et pour finir je compte laisser ces affiches je pense encore une ou deux semaines pour après les donner au collectif de soutien au sans-papiers si bien évidemment ils veulent toujours de notre projet. Comme sa, ils pourront l’afficher las-bas et peut-être qu’il fera plaisir aux femmes qui se diront que même les jeunes pensent à elles.

    CG Migrants

    9 janvier 2012

    Retour en enfer !

    1. DESCRIPTION DE LA PROBLEMATIQUE (QUI, QUOI, QUAND, OU, COMMENT, POURQUOI?)

     

     

    vols spéciaux :

    Des personnes, tel que des clandestins, des  sans-papiers et des requérants d’asile,  qui sont enfermées dans un centre de détention parce que ils n’ont pas de permis de séjour pour rester en suisse et pour travailler c’est donc pour cela qu’elles sont renvoyées dans leur pays d’origine. Selon la loi sur les étrangers, une personne n’ayant pas de papiers de séjour, n’est pas autorisée à se trouver dans le territoire suisse.  Les personnes qui sont en détention peuvent repartir librement dans leur pays d’origine mais  dans le cas ou elles refusent à plusieurs reprises, c’est alors qu’un vol spécial de niveau IV  leurs est imposés.

    Vol spécial de niveau IV : Lors d’un vol spécial de ce type, la personne concernée est entièrement attachée au siège de l’avion sans avoir la possibilité de bouger. Elle ne peut même pas se rendre aux toilettes et elle porte donc une couche pour faire ses besoins, elle porte également un casque sur la tête afin d’éviter qu’elle crache sur les policiers. Durant ces vols spécialement dépourvus de liberté certaines personnes y sont mortes.

     

    QUELS SONT LES ASSOCIATIONS OU SERVICES DE L’ETAT TRAVAILLANT DEJA SUR LA QUESTION ET QUELLES SONT LES STRATEGIES MISES EN PLACE?

    RAPPORTS DE LA LIGUE SUISSE DES DROITS DE L’HOMME (LSDH)

    2. ETABLISSEMENT D’UNE STRATEGIE D’ACTION
    OBJECTIF  DU PROJET: 

     

    L’objectif est de sensibiliser et d’informer les élèves et les professeurs de l’ECG Jean-Piaget sur les Vols Spéciaux, sur les façons dont sont renvoyées les personnes sans statut légale dans leur pays. Ces personnes sont renvoyées de façon violantes et inhumaine. Nous souhaitons leur faire prendre conscience des attrocités de certaines lois suisses, ces lois étant votées par les citoyens de ce pays.

    Faire signer la pétition  d’Amnesty international contre les Vols spéciaux de niveau IV

    Lettre de demande d’autorisation

    PUBLIC CIBLE :

    Les élèves et les professeurs de l’ECG Jean-Piaget

    QUELS SONT MES ALLIES ? QUELS SONT MES OBSTACLES ? 
    ALLIES :

    Géraldine Puig,  Denise Graf, Fernand Melgar (réalisateur du film vol spécial)

    OBSTACLES :

    Nous souhaitons que  la projection puissent se faire avant les vacances de Février, et pour ce, nous devons  contacter le doyen de l’ECG: M. Secli ainsi que la directrice de l’établissement afin qu’ils nous accordent la permission d’exploiter l’aula durant une demi journée. Un autre obstacle est que nous devons demander à Fernand Melgar une copie de son film.

    DESCRIPTION DE L’ACTIVITÉ PRÉVUE:

    Nous allons diffuser le film “Vol Spécial” aux élèves et aux professeurs, à l’aula. Une fois la projection du film terminée, nous aurons la chance d’avoir l’intervention d’une spécialiste de ce problème qui est Mme. Denise Graf et qui va nous expliquer en détail comment ces vols se déroulent.

     
    RESSOURCES NÉCESSAIRES (MATÉRIELLES, HUMAINES ET ÉVENTUELLEMENT FINANCIÈRES) :

    L’assistante de Fernand Melgar, l’aula de l’ECG, les autorisations de la direction, un public, le dvd ”vol spécial”, un retro projecteur, des tables et éventuellement des micros, des bouteilles d’eau et un petit budget pour financer le trajet de Denise Graf.

    CALENDRIER:   

    Nous devons encore prendre contacte avec le technicien de l’ECG afin qu’il se charge de la projection du film.

    nous devons également définir la date de la projection.

    confirmer la venue de Mme. Graf, puis informer M. Secli afin qu’il nous donne l’autorisation de mettre une feuille d’inscription à disposition à la salle des professeurs.

    COMMENT ALLONS-NOUS ÉVALUER LES RÉSULTATS DE NOTRE PROJET?

    Nous allons évaluer nos résultats par rapport à la participation, questions et remarques  des élèves et des professeurs de l’ECG.

    Voici le résultat de nos Questionnaires d’évaluation. Et ici encore.

    TITRE DE NOTRE ACTION:

    Retour en enfer

    3. JOURNAL DE BORD:

    (16.01.2012) Nous avons répondu aux questions du dossier, nous avons également envoyer des e-mails à Fernand Melgar et Denise Graf. Nous avons ensuite contacté le doyen. Nous avons, par la suite, commencé à répondre aux questions du blog.

    (23.01.2012) Nous avons fini de répondre aux questions du blog et nous avons envoyer un e-mail de confirmation à Mme. Graf et à M. Melgar pour le DVD. Nous avons également écrit une lettre d’autorisation à M. Secli et à la direction.

    (30.01.2012) Lancer le projet une fois que nous aurons la confirmation de Mme. Graf et de M. Secli, puis nous allons mettre à disposition la feuille d’inscription pour les professeurs qui souhaiteraient emmener leurs élèves à la projection du film.

    (30.01.2012) Nous avons reçu une copie du DVD “vol spécial” du réalisateur et nous avons mis à disposition une feuille d’inscription qui permet d’avoir 14 classes pour la visualisation du film à l’aula. Et nous avons confirmé la date avec Mme Graf et M. Secli pour la projection du 29 février 2012.

     (06.02.2012) Nous avons contacté M. Secli pour trouver une manière plus simple d’organiser les inscriptions avec les classes et les profs. Après mûre réflexion nous avons retirer la fiche d’inscription, et M. Secli informera les professeurs de l’ECG qui devront se rendre à notre activité. Préparation du questionnaire.

    (20.02.2012) Nous avons vu M. Secli qui va envoyé un mail officiel aux professeur afin de les faire venir à notre projection du film. et nous avons continuer le questionnement sur vol spécial à l’attention de Denise Graf.

    QUESTIONNEMENTS SUR VOL SPÉCIAL  à l’attention de Denise Graf.

     

    1) Quels sont les moyens d’action d’Amnesty internationale sur ce sujet ?

    2) En cas d’arrêt des vols spéciaux, quels pourraient être les nouveaux moyens qui permettront de renvoyer ces personnes concernées?

    3) Quel suivi avez-vous des requérants d’asile après leur renvoi dans leur pays ?

    4) Ces personnes  ont-ils une possibilité d’obtenir un permis de séjour ou saisonnier, voir plus?

    5) Qui a proposé cette loi et pourquoi ?

     

    4. LIENS

     

    ASSOCIATIONS EN SUISSE ROMANDE

     

    ASSOCIATIONS NATIONALES ET SUISSES ALLEMANDES

     

    ASSOCIATIONS AU TESSIN

     

    les jeunes sans statut légal par Yannis et Manu

    4 février 2011

    Notre projet est de réaliser une soirée avec notre classe de civisme de l’école de culture générale Jean-piaget afin de découvrir et de comprendre les difficultés qu’un jeune clandestin  à pouvoir continuer une formation dans une école de type supérieure tel que les universités ou encore les hautes écoles par exemple. En effet, ce personnes ne bénéficient d’aucun statut légal du faite qu ils sont arrivés en Suisse de manière illégale et c’est pour ça qu’ils ne peuvent pas continuer leurs formations.

    Du côté de la politique Suisse, les avis diffèrent sur le sujet. Certains politiciens pensent que ces personnes doivent avoir le droit aux études afin de trouver un bon métier et gagner correctement leur vie. D’autres affirment que les “sans-papiers” ne doivent en aucun cas avoir le droit de poursuivre des études car ils ne possèdent justement pas de papier et qu’ils n’ont dès lors pas le droit de se former et de travailler en Suisse.

    Notre objectif est d’inviter un sans papier brésilien de la classe de Manu afin qu’il témoigne des discriminations dont lui et sa famille ont été victimes à Genève. De plus, nous allons passé un court métrage trouvé sur le net. La soirée aura lieu au local de Puplinge.

    Nous comptons réaliser des affiches et distribuer des flyers dans notre école pour que les gens qui sont intéressés par ce sujet puissent se rendre à notre soirée.

    Nous allons assister à une conférence sur le sujet ce lundi, afin d’avoir plus  d’information à fournir et de contacter des associations.

    Voici le programme de cette soirée

    Nous somme allés au théâtre Berenstein et nous nous sommes inspirés de ce que nous avons entendu afin d’organiser notre soirée. Nous y avons vu des court-métrages réalisés par l’association VisaGenève. Voici ce qui en découd : les jeunes sans papiers sont discriminés même si ils sont nés à Genève. Article 13 des droits de l’homme.—> droit à l’éducation n’est pas totalement respecté.

    Motion Barthassat pour l’accès à l’apprentissage pour les jeunes sans statut légal

    Notre soirée aura lieu le jeudi 17 février 2011 A 20 heures.

    Lors de notre soirée, il y avait une quinzaine de personnes, majoritairement des jeunes de Puplinge. Voici une petite vidéo, incluant le témoignage d’un de nos amis de l’école sur son expérience de vivre sans statut légal:

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/owDlcCuhQ8M" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    Aveni’Roms

    24 novembre 2010

    photo: Eric Roset

    PROBLÉMATIQUE:

    Les Roms subissent des discriminations qui vont a l’encontre des droits de l’homme et qui les empêchent de vivre dignement. Ils sont sujet a des discriminations raciales.

    Nous avons pu nous rendre compte de leur condition de vie à genève et en Roumanie en discutant avec eux. Ce sont des gens très pauvres qui vivent à plus de dix dans une chambre à l’écart des villes car la discrimination en Roumanie est encore pire qu’en Suisse. Malgré cela ils sont très sociables et essayent de s’en sortir comme ils peuvent. Ils sont solidaires entre eux. Ils boivent beaucoup d’alcool pour oublier leur peine.

    OBJECTIFS:

    Nous voulons pouvoir parler de la situation des Roms sans que cela soit un tabou, afin que les gens se rendent compte de l’ampleur du phénomène. afin que les gens puissent mettre de coté leurs préjugés et qu’ils puissent être acceptés comme des personnes ayant des droits. Pour cela nous avons mis en place des objectifs pour amoindrir ces préjugés. d’une part nous devons essayer de rassembler la population genevoise et la population Rom autour d’un bol de soupe et ou un bon vin chaud afin de montrer certains aspects positifs de leur culture, tel que leur coté artistique. nous avons eu l’occasion de découvrir leur culture lors d’une rencontre organisée par l’association mesemrom.

    ACTIVITÉS:

    Nous avons eu rendez-vous a 18heur a l’arrêt du 17 Plainpalais ou nous avons pu voir beaucoup de roms qui c’étaient regroupée pour ensuite allée au PC  ( dortoir )

    Nous sommes allés à une exposition au café Gavroche

    Journal de bord:

    Mercredi 26 janvier à16h nous allons organiser un repas avec des roms sur la plaine de Plainpalais. Nous invitons la population genevoise à venir partager un moment avec les roms afin de découvrir leur culture et leur quotidien. Nous allons également distribuer le GUIDE DE CONVERSATION “BUNA ZIUA” . Ceci dans le but de facilité la communication entre la population genevoise et la communauté rom. Nous aurons sur place  des membres de l’association “mesemrom”, parmi eux se trouveront des informateurs et des traducteurs. Nous espérons qu’autour d’un bol de soupe un mélange de ses deux populations se fera. Que les esprits s’ouvriront. Et tout cela baigné dans la musique roms.

    photo: Eric Roset

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/gXMTg2MWI2A" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    Vie et musique du voyage : Sur ce site vous pourrez trouver un vidéo clip de deux roms qui chantent et jouent d’un instrument, l’un de l’accordéon et l’autre de la guimbarde.

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/0uCTJ7hkX-k" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    Interview à la Radio Suisse italienne


    LIENS ET DOCUMENTS UTILES:

    Association Mesemrom

    GUIDE DE CONVERSATION “BUNA ZIUA” : Bună Ziua est un guide de conversation courante trilingue, proposé sous la forme d’un petit dépliant, facilement transportable (5 x 7 cm). Il peut vous aider à engager un premier dialogue, avec un membre de la communauté rrom de passage à Genève. Près de 30 phrases “types”, telles que “Bonjour, comment ça va ?”, “Où dormez-vous ?” ou encore “Je suis content(e) de vous parler” sont traduites en roumain et en romanes, avec leur phonétique francisée.

    Salon du livre, Genève 2009 : le photographe Eric Roset parle de son approche des Roms, Tziganes, Manouches et Sintis.

    Supplément :

    Sans-papiers

    Problématique:

    Objectifs: Faire connaître à 2 classes de 3 ème année de l’ECG Jean-Piaget les discriminations dont sont victimes les personnes sans statut légal à Genève.

    Activité: Présentation:

    1) Projection de la première partie d’un cours métrage qui propose des témoignages des personnes sans-statuts légal en Suisse.

    2) Intervention d’une  personne qui parlera de la discrimination dont ils sont victimes.

    3) Témoignage d’une personne ayant été sans- statut légal puis ayant obtenu un statut à Genève.

    Liens et documents utiles:

    Visage des sans-papiers en Suisse, Commission fédérale pour les questions de migration CFM

    Collectif de soutien aux sans-papiers Genève : contact Alessandro de Filippo

    Aucun enfant n’est illégal, groupe Facebook

    Exposition itinérante Aucun enfant n’est illégal

    Pour en savoir plus sur les sans-papiers: bibliographie du Centre de Contact Suisses-Immigrés

    Rapport de l’Observatoire suisse du droit d’asile et des étrangers sur les familles en procédure de cas de rigueur et les droits de l’enfant et article sur cette question.

    SIT Syndicat interprofessionnel des travailleuses et travailleurs qui actif  dans la défenses des travailleurs-euses sans statut légal, communément appelé-e-s les sans-papiers

    20.12.10: Dans le cadre de notre activité le but étant de connaître le changement de perception des élèves de l’ECG nous avons fait 2 questionnaires.

    Le premier questionnaire sera donné avant la présentation, pour avoir une idée de leur point de vue et, le second pour voir si la présentation leur a fait changer d’avis.

    Premier questionnaire:

    1) Savez-vous qu’est-ce que le fait d’être sans- statut légal?

    2) Si oui, donnez une brève définition.

    3) Selon vous combien sont-ils à Genève? En Suisse?

    4) Selon vous, dans quels domaines sont-ils discriminés?

    Deuxième questionnaire:

    1) Votre regard a-t-il changé à propos des sans-statut légal?

    2) Pensiez vous que les sans-statuts légal étaient discriminés à tel point?

    3) Avez-vous apprécié cette présentation?

    02.01.11: Envoi du mail pour présenter et prendre rdv à Alessandro.

    Copie du mail:

    Bonjour,

    Je reprend contact avec vous car nous avons enfin établi notre projet.

    Celui-ci serait:
    - Visionnement de la première partie du film “The Kunstmuseum Basel Projection”.
    - Intervention d’une personne qui parlerait des discriminations dont sont victimes les sans-statuts légal.
    - Témoignage d’une personne qui a obtenu un statut en Suisse.

    Nous avons pensez que vous êtes la personne la mieux indiquée pour intervenir sur ce sujet. Nous vous serions reconnaissantes d’accepter notre invitation un lundi du mois de janvier ou février de 13h30 à 15h, la date n’étant pas encore définie.

    Afin de pouvoir en discuter de vive voix nous aimerions dans la mesure du possible vous rencontrer le lundi 10.01.2011.

    Dans l’attente de vos nouvelles, nous vous adressons nos meilleures salutations.

    Laura Diaz & Monica Gonçalves

    (Elèves de l’ECG)

    04.01.11: Réponse au mail.

    05.01.11: RDV pris avec Alessandro pour lundi 10.01.11 à 13h15.
    10.01.11: RDV avec Alessandro annulé car il a eu une réunion urgente car le parlement envisage que les écoles dénoncent les personnes sans statuts légal.
    On a ensuite obtenu un deuxième rdv avec Alessandro le 17 janvier a 15h30.
    Nous avons répondu  à notre propre questionnaire.
    La date pour notre présentation est fixée au 31 janvier 2011.
    Nous avons rédigé la lettre pour proposer à Madame De Sousa et Madame Gualeni de participer à notre présentation.
    Copie de la lettre:

    Chère Madame,

    Pour le cours de politique et citoyenneté avec Mme Sauser-Hall, nous développons le thème : Les personnes sans-statut légal à Genève.

    Le 31 janvier 2011, nous projetterons la première partie d’un cours métrage en rapport avec ce sujet, ensuite nous accueillerons

    M. Alessandro de Filippo, du Collectif du soutien aux sans-papiers, qui nous parlera de la discrimination dont ils sont victimes et répondra à nos questions. Il devrait être accompagné d’une personne ayant obtenu un statut officiel en Suisse.

    Nous avons le plaisir de vous conviez avec votre classe à assister à cette présentation

    Lundi 31 janvier de 13h30 à 15h05.

    Afin de pouvoir organiser au mieux la conférence, nous vous prions de bien vouloir nous communiquer votre participation avant le 17 janvier 2011 à l’adresse mail suivante : Lolo-nadal@hotmail.com.

    En espérant vous voir nombreux, nous vous adressons, chère Madame,

    nos salutations les meilleures.

    lundi 17 janvier

    Madame  de Sousa nous a confirmé la présence de sa classe à notre présentation.

    Nous sommes allées lui remettre le premier questionnaire.

    Mme Gualeni ne pouvant pas participer à ce projet nous sommes à la recherche d’un autre professeur qui serait M Alva Pino.

    15h30 rdv avec Alessandro pour mettre au point son intervention et éventuellement sur celle d’une personne ayant obtenue un statut légal en Suisse.

    Analyse du rdv avec Alessandro:

    Nous avons planifié notre présentation avec Alessandro.

    La présentation se déroulera donc de la façon suivante

    1)  13h30- 13h45:  Accueil des classes + Première partie du court métrage

    2) 13h45- 14h50: Intervention d’ Alessandro et éventuellement d’une personne ayant obtenue les papiers.

    La présence de cette personne n’est pas encore sure car nos horaires ne sont pas combatibles. Alessandro a tout de même d’autre personnes qui sont d’accord de raconter leur histoire. La difficulté est toujours celle de l’horaire.

    Nous avons établis un plan B dans le cas ou il n’y aurai personne de disponible pour raconter son vécu. Dans ce cas la, nous passerions la deuxième partie du court métrage.

    3) Distribution du 2ème questionnaire.

    Nous avons aussi établit avec Alessandro les points qu’ il dévellopera. Il nous a aussi gentiment proposé de nous ramener des prospectus.

    Nous sommes donc quasi prête pour que la présentation se déroule de manière parfaite.

    à ne pas oublier

    Trouver des articles concernant les personnes sans statut légal

    Laura Diaz & Monica Gonçalves

    28.01.11: Après une conversation téléphonique avec Alessandro, nous avons appris que la personne qui était disponible pour venir témoigner a trouvé un travail.

    Sinon pour lundi tout continu comme prévu.

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/l4kcy_hn0w0" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    Lundi 31 janvier:

    Les deux panneaux nous les avons préparé avant la présentation. Sur les  deux affiches nous avons collé des articles de journaux concernant les personnes  sans-statut légal à Genève et en Suisse.

    C’est aujourd’hui qu’a eu lieu notre présentation. Tout d’abord nous avons accueilli la classe participante, puis nous avons pris la parole pour expliquer notre projet et leur montrer pourquoi nous avions choisi ce sujet.

    Puis nous avons montrer la première partie du court- métrage.

    Ensuite Alessandro a pris la parole, et a expliqué le rôle de son association et surtout il a développé le sujet traité soit la discrimination envers les personnes sans statut légal à Genève et en Suisse. Il a parlé dans un langage qui pouvait être compris de tout le monde, il a aussi donné des exemples concrets qui ont permis de mieux comprendre. C’est toutes ces petites choses qui ont rendu la présentation plus interessante.

    Certains ont même posé des questions, ce qui prouve l’intérêt qu’il a sucité.

    Après nous avons montré la deuxième partie du court métrage et distribué les questionnaires.

    A la fin Alessandro a proposé de prendre des prospectus de son association et une feuille qui présente la conférence qui aura lieu le

    lundi 7 février

    Lundi 7 février: Une semaine après notre présentation, nous avons analysé les questionnaires (24 personnes). La présentation a plu à tous les élèves.

    La moitié des participants n’a pas changé d’avis sur les personnes sans statut- légal car ils connaissaient déjà un peu le sujet et certain on argumenté par le fait qu’ils n’avaient pas d’esprit critique sur ce sujet.

    Les deux uniques problèmes que nous avons rencontré lors de notre projet sont:

    - le premier questionnaire n’a pas été rendu

    - la personne  censé venir témoigner a malheureusement pas pu venir car elle a trouvé un stage qu’il a pendant longtemps cherché.

    Nous sommes contentes que la présentation se soit bien passée et surtout d’avoir réussi à terminer notre projet dans les temps.

    Viens et vois !!!

    Problématique: Intégration culturelle à l’Ecg !!

    Objectifs: Mélange des cultures

    Activité: Exposition de préjugés et leurs realités + prendre des photos d’élèves de diverses cultures

    L’exposition aura donc lieu du 14 au 18 Février 2011 dans le hall d’entrée de l’ECG Jean-Piaget. Vous pourrez dans un premier temps mettre vos impressions sur les photos sans textes. Et à partir de jeudi, nous rajonterons les préjugés. Nous remercions ceux qui ont été d’accord de poser pour les photos!

    ET POUR VOUS, C’EST QUOI UNE BONNE INTEGRATION?

    LIENS ET DOCUMENTS:

    Bureau de l’intégration des étrangers, Genève

    Forum pour l’intégration des migrantes et des migrants

    par Maeva, Julia, Patricia, Elodie et Juliette

    Egalité hommes-femmes et femmes migrantes

    23 novembre 2010

    Lors d’une première séance, les élèves ont reçu le Service pour la promotion de l’égalité entre homme et femme.

    Dans un deuxième temps, ils ont mené une réflexion sur les discriminations plus spécifiques dont peuvent être victimes les femmes migrantes à Genève en accueillant en classe  trois personnes du Centre de contact Suisses-immigrés

    Pubs sexistes

    Visite de la mosquée du Grand-Saconnex

    Enfants requérants d’asile

    Clips et violences sexistes

    Classes de Catherine Luthy

    13 octobre 2010