• décembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • StatPress

    Visits today: 38
  • Racisme

    discrimination médias migrants

    9 janvier 2012
    1. DESCRIPTION DE LA PROBLEMATIQUE (QUI, QUOI, QUAND, OU, COMMENT, POURQUOI?)

    Problématique : Notre sujet parle des étrangers en général, il traite surtout de la façon dont sont perçus les étrangers en Suisse dans les médias, c’est principalement la mauvaise image qu’on leur donne qui nous interpellent le plus. Nous constatons que les médias suisses discriminent d’une manière subtile et peut-être inconsciente certains étrangers et nous avons le sentiment que cela n’est pas toujours justifié. En effet dans l’article 8 de la Déclaration des devoirs et des droits du/de la journaliste nous pouvons lire : “Respecter la dignité humaine ; le/la journaliste doit éviter toute allusion, par le texte, l’image et le son, à l’appartenance ethnique ou nationale d’une personne [...] qui aurait un caractère discriminatoire [...] dans le respect devant la souffrance des victimes et les sentiments de leurs proches.” Malheureusement ce droit n’est que très modérément respecté. Nous faisons l’hypothèse que les journalistes veulent attirer et choquer le lecteur. Pour cela, ils se servent des préjugés de la population. Ils savent que si un titre contient le mot “étranger”, l’article tapera plus dans l’œil du lecteur. Ils cherchent à vendre à tout prix, ils profitent donc de certaines peurs infondées et jouent avec les sentiments de la population.

    QUELS SONT LES ASSOCIATIONS OU SERVICES DE L’ETAT TRAVAILLANT DEJA SUR LA QUESTION ET QUELLES SONT LES STRATEGIES MISES EN PLACE?

    A Genève, il y a l’association Carrefour-Rue et  le collectif afro-suisse.

    Campagne: Dites non à la discrimination! Conseil de l’Europe

    2. ETABLISSEMENT D’UNE STRATEGIE D’ACTION
    OBJECTIF  DU PROJET:

    Avoir un impact sur quelqu’un (journalistes, lecteurs, élèves)

    Faire comprendre aux lecteurs de la Tribune de Genève, du matin et du 20 minutes que la criminalité des étrangers relayées par les médias ne concerne qu’une minorité d’entre eux.

    Faire comprendre aux journalistes que donner la nationalité des personnes commettant des délits  peut conduire à des préjugés dans la population.

    Faire passer une image positive des migrants dans la presse

    PUBLIC CIBLE :
    Les journalistes qui ont pût écrire des articles discriminatoires sur des étrangers. Et par là suite viser le lecteur qui aura peut-être une meilleure vision des étrangers avec des articles qui dévalorisent moins les étrangers.
    QUELS SONT MES ALLIES ? QUELS SONT MES OBSTACLES ? 
    ALLIES :

    Le cadre scolaire (Géraldine et madame Sauser-Hall)

    OBSTACLES :

    Les journaux et les journalistes qui s’opposent à l’idée de notre projet. Qui ne sont pas d’accord de nous recevoir ou de répondre à nos questions.

    DESCRIPTION DE L’ACTIVITÉ PRÉVUE:

    Rencontre en personne avec un journaliste qui travaille soit pour la Tribune, le 20 minutes et le matin. et lui soumettre des questions. Si cette rencontre ne peut pas être faite, le questionnaire sera envoyé par mail.

    Les questions sont les suivantes :

    1. Pensez-vous que certains médias ont des propos discriminatoires envers les migrants ?
    2. Si oui, qu’en pensez-vous ?
    3. Connaissez-vous la déclaration des devoirs et droit des journalistes ? Si oui, qu’en pensez-vous ?
    4. Pensez-vous que certains journalistes doivent tenir compte de cette déclaration quand ils rédigent leurs articles’ ?
    5. Pourquoi trouve t-on des articles qui ne respectent pas ce droit ?
    6. Pensez-vous que certains journalistes le font de manière délibéré ?
    7. Pour un journaliste, est-il important de citer la nationalité d’un étranger qui commet un crime sachant que dans un pays comme la Suisse les étrangers sont constamment montré du doigt ?
    8. Pour finir penser-vous que les médias Suisses peuvent influencer l’opinion public ?
    RESSOURCES NÉCESSAIRES (MATÉRIELLES, HUMAINES ET ÉVENTUELLEMENT FINANCIÈRES) :

    - Articles de journaux discriminatoire envers les étrangers (dans des journaux Suisse romands)

    CALENDRIER:   

    Nous avons manqué la mise en place du calendrier. Voilà pourquoi nous avons perdu beaucoup de temps inutilement malheureusement.

    COMMENT ALLONS-NOUS ÉVALUER LES RÉSULTATS DE NOTRE PROJET?

    - Nous allons voir si nous avons réussir a atteindre nos objectifs de départ qui était de prendre contact avec un journaliste.

    - Nous allons aussi voir si notre travail a réussit à avoir un impact sur une ou plusieurs personnes.

    TITRE DE NOTRE ACTION:

    La discrimination des étrangers dans les médias Suisses.

    3. JOURNAL DE BORD:

    1. Choix de notre projet

    2. Mise en place des objectifs et des stratégies

    3. Recherche d’articles discriminatoires

    4. Contact avec Cathrine Focas

    5. Contact avec Francesco Brienza

    6. Réalisation du questionnaire qui sera soumis au journaliste

    7. Mise en place d’un éventuel 2ème projet en raison des non-réponses des personnes que nous avons contacter.

    4. LIENS

    « LA DECLARATION DES DEVOIRS ET DES DROITS DU/DE LA JOURNALISTE » 

    Un Suisse fracasse le crâne d’un compatriote, chronique du médiateur de la Tribune de Genève, 26 janvier 2011

    Vidéo: “Les médias sont vecteurs de discrimination”

    Les minorités (in)visibles dans les médias audiovisuels: cas suisse et français

    Journalisme et vérité, l’éthique de l’information au défi du changement médiatique, Daniel Cornu

    Boite à outils: Formation au journalisme, discrimination et diversité, Campagne Non à la Discrimination,  Conseil de l’Europe

    Le Conseil suisse de la presse: entre liberté d’expression et protection de la personnalité

    Requérants d’asile domiciliés en France

     

    http://www.carrefour-rue.ch/

    Un article n’est jamais objectif!

    13 mai 2011

    DROITS FONDAMENTAUX CONCERNÉS

    Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.

    Article 2

    1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

    PROBLÉMATIQUE

    Chaque jour, dans notre journal quotidien, nous pouvons lire des articles relatant des agressions, des cambriolages ou tout autre acte du même ordre, commis par des personnes “d’origine africaine”.

    Hors, selon le code déontologique des journalistes (directive 8.2 – interdiction des discriminations) “Lorsque une information porte sur un délit, des indications touchant l’appartenance ethnique [...] peuvent être admises pour autant qu’elles soient nécessaires à la compréhension du récit . La mention de la nationalité ne devrait faire l’objet d’aucune forme de discrimination: lorsqu’elle n’est pas systématique (et donc appliquée aussi aux ressortissants nationaux, elle doit répondre aux mêmes conditions restrictives que les autres indications. Une attention particulière sera accordée au fait que ces indications peuvent renforcer les préjugés contre des minorités”.

    Voici quelques articles, trouvés dans des journaux locaux, où l’origine, étant citée, n’est pas nécessaire à la compréhension du récit:

    La police vaudoise démantèle un réseau de trafiquants africains

    Des jeunes voyous blessent un policier

    Deux mules interpellées à la gare Cornavin

    Nous avons trouvé un article de la Tribune de Genève, dont le titre nous a quelque peu surpris et choqué:

    “Mes filles, je les ai tapées, tapées, tapées comme dans la culture africaine”

    Mettre en titre ce genre de propos, peut gravement influencer les préjugés des gens, en insinuant que toute personne “d’origine africaine” tape ses enfants, de part ”sa culture”.

    Nous avons donc contacté, par e-mail, la journaliste qui a écrit cet article afin de lui demandé si, selon elle, ce genre de propos ne pouvait pas avoir des conséquences sur l’opinion des personnes l’ayant lu et pourquoi elle avait écrit cela alors que le code de déontologie l’interdit. Mais jusqu’à présent, nous n’avons reçu aucune réponse de sa part.

    CONSÉQUENCES DE L’INFLUENCE DES MÉDIAS SUR L’OPINION PUBLIQUE ENVERS LES PERSONNES DE COULEUR NOIRE

    Selon nous, la cause du cliché du “noir criminel” sont les médias; en véhiculant tout support de diffusion d’informations discriminant les minorités, ils induisent l’opinion publique. Par minorités, je cite les personnes ayant, ou pas, la nationalité suisse mais étant “de couleur noire”. La nationalité n’étant citée, souvent, que lorsqu’il s’agit de personne “d’origine africaine”, cela incitent les gens à croire que les délits ne sont commis que par ces personnes. Cela a comme conséquence la peur et l’inquiétude de la population en présence de personnes “originaires d’Afrique”.

    Témoignage:

    Nous avons recueilli le témoignage d’une amie mineure se faisant harceler par un homme depuis quelque temps. Cet homme, d’une trentaine d’année, “blanc” et “originaire de Suisse”, lui a envoyée une lettre (voir ci-dessous) après l’avoir croisée accompagnée de son petit ami “d’origine congolaise”.

    “Hello toi, je t ai croisee tout a l heure le long de la Seymaz…
    [...] Cool de te revoir. Je me serais bien arrete pour te saluer…si t etais pas accompagne par cette abomination.

    Ca me revolte de te voir avec un africain apres t avoir longuement mis en garde a propos d eux. sans vouloir jouer les donneurs de lecon ou me prendre pour ton pere j espere que c est pas ton petit ami.
    Tu ne comprends donc pas que ces etres sont une menace pour notre espece et sa prosperite a partir d un certain seuil de population ? En sortant/couchant avec eux et en votant a gauche (je suppose) pour les faire tous venir ici tu contribues a transformer la Suisse en un Congo ou autre Haiti. C est ca que tu souhaites ? Si t as envie de t envoyer en l air avec un homme exotique tres bien, on fait tous nos experiences (je l ai fait aussi avec leur meufes :) :) mais pense a l avenir et vote en consequence…”

    Cet homme a fait suivre cette lettre d’une vingtaine de liens internet, démontrant des vidéos de personne noire condamnée pour meurtre, viol, etc., mais aussi de bagarre de rue entre gangs et tout autre site satanique.

    Cette lettre  démontre clairement les stéréotypes que certaine personnes peuvent avoir à l’égard des personnes africaines et ceci n’est que la conséquence des médias qui induisent l’opinion publique.

    Expérience sur des enfants noirs conduite par un psychologue:

    Nous voulons attirer votre attention sur le fait que ces préjugés peuvent aussi avoir des conséquence sur les enfants et l’image qu’ils ont d’eux-mêmes.

    Expérience des poupées

    Nous espérons que cette article vous aura fait réfléchir et surtout que, dès à présent, vous tiendrez compte, en lisant un article, qu’un journaliste ne peut être complétement objectif. Il faut donc, désormais, réagir lorsque vous lirez un article où le code déontologique n’est pas respecté.

    OBJECTIF

    Informer les jeunes, ayant un compte facebook, sur le code de déontologie des journalistes et les inciter à réagir face à l’influence que peuvent avoir les médias en citant les origines étrangères des personnes commettant des délits.

    DESCRIPTION DE L’ACTION, ACTIVITÉ OU PROJET

    Publier notre article sur notre compte facebook en demandant à “nos amis” de se mobiliser auprès des journalistes qui citent l’appartenance ethnique dans un article de journal alors que celle-ci n’est pas fondamentale à sa compréhension.

    Liens: Tangram, Les médias, bulletin de la Commission fédérale contre le racisme

    Le racisme dans les médias

    Le voile

    Affiche mcg

    Ton apparence n’est pas une différence

    1 décembre 2010
    Partager

    Projet mené par: Joëlle, Alexia, Jessica, Débora

    PROBLÉMATIQUE: Nous avons pu constater que les personnes physiquement différentes étaient discriminées. Elles sont discriminées soit à cause de leur handicap physique (chaise roulante, une personne qui boîte), la couleur de peau et l’aspect physique.

    Ces personnes sont discriminées par des gens qui ne connaissent pas l’autre, qui font des préjugés et  se moquent d’eux. Souvent les gens qui font ces préjugés excluent ces personnes, les insultent ou même montrent des signes violents envers eux. Les enfants ne discriminent pas sur les mêmes critères que les adultes. Par exemple les enfants peuvent discriminer un autre enfant parce qu’il a les oreilles décollés alors que pour les adultes, une personne de couleur trouvera moins facilement du travail justement à cause des préjugés. Les enfants sont influencés par les plus grands, leurs idées se forment d’après leur entourage. Les parents vont leur inculquer leurs propres idées, ils ne pourront donc pas se faire leurs propres idées.

    OBJECTIFS: Nous aimerions sensibiliser les élèves d’une classe de primaire afin qu’ils prennent conscience qu’ils ont des préjugés et nous essayerons de les corriger.

    ACTIVITÉ: Pour ce faire, nous allons nous rendre dans une classe de 5ème primaire et faire participer  les élèves à diverses activités pour leur faire comprendre ce qu’est la discrimination.

    Notre première activité est de séparer les élèves en fonction de leur couleurs de yeux (foncés/clairs). A l’un des deux groupes, nous allons leur donner à boire, à manger, les asseoir et parler avec eux, tandis que les autres nous les ignorerons complétement pendant 5-10 minutes. Après cela, nous demanderons à chacun d’écrire ce qu’ils ont ressenti, sur une grande pancarte.

    La deuxième activité consistera à leur expliquer ce qu’est la discrimination ainsi que la hiérarchisation de celle-ci à l’aide de boîtes et de dragibus de couleurs différentes.

    Notre troisième activité est de leur faire faire des petits jeux de rôles, dans lesquels une personne sera discriminée et leur montrer comment on pourrait réagir dans ces différentes situations auxquelles ils pourraient se retrouver un jour ou l’autre confrontés.

    La quatrième activité, est de leur faire lire des petites BDs sur la discrimination tiré de la brochure ”Moi, raciste?”, on leur demandera ce qu’ils pensent de cela.

    Notre dernière activité est de créer un dialogue avec les enfants afin de savoir ce qu’ils pensent de la discrimination et peut-être qu’ils nous  racontent des expériences de personnes qu’ils connaissent ou leurs expériences propres.

    Journal de bord:

    Vendredi 10 décembre 2010: Nous avons envoyé à la directrice d’une école primaire, la lettre de demande pour avoir la permission de présenter notre atelier dans une classe de 5ème primaire.

    Lundi 13 décembre 2010: Nous avons cherché des activités ludiques dans la brochure “Moi, raciste?!?” et nous avons commencé à faire un plan pour notre atelier.

    Lundi 10 Janvier 2011 : Nous n’avons toujours pas reçu de réponse de l’école. Alors nous avons appelé et nous aurons la réponse en fin de semaine.

    Lundi 17 janvier 2011: La réponse pour intervenir dans l’école En Sauvy a été malheureusement négative. Nous avons essayer de joindre une autre école mais pour le moment nous sommes en attente de leur réponse.

    Financement : Pour notre projet nous aurons besoin de 30.- pour acheter des bonbons et des boissons pour les enfants. Pour financer celà nous allons faire des petits sachets de biscuits et les vendre dans nos immeubles.

    Court-métrage: décollons les étiquettes

    Bilan de la deuxième séance d’animation:

    Points positifs:

    Ca s’est bien passé! Nous avons réussi à faire passé notre message. L’objectif est atteint.

    Bonne expérience d’animation

    C’est mieux d’animer une discussion sans ses notes sous les yeux.

    Cette fois, on a pris notre temps, laissé les élèves parler, et ça a mieux marché

    Points négatifs:

    moins d’ambiance que la dernière fois, plus de timidité

    manque de participation

    A améliorer:

    Ne pas oublier de se présenter et d’établir un cadre de discusssion en début de séance

    Voir si notre atelier est faisable tel chez les plus petits, ou au Cycle d’orientation

    En conclusion, notre projet s’est bien déroulé. Nous l’avons fait deux fois. La deuxième fois s’est mieux déroulée. Nous avons appris à organiser un projet, prendre des décisions et encore beaucoup de choses. Notre objectif était de sensibiliser les enfants de l’école primaire sur les différentes discriminations, notre objectif a été atteint. Nous avons pris beaucoup de plaisir a monter ce projet.

    LIENS ET DOCUMENTS UTILES:

    Département fédéral de l’intérieur (DFI)

    Commission fédérale contre le racisme,

    Service de lutte contre le racisme

    Réseau de consultation pour victimes du racisme, Manuel  pratique de soutien à la consultation pour victimes de racismes,

    Collectif-Afro Swiss, Collectif de femmes et d’hommes noirs résidant en Suisse animé par la volonté de faire évoluer les mentalités

    Stopexlusion.ch, Coordination contre l’exclusion et la xénophobie

    Court métrage de critique aux affiches de l’UDC fait parmi un groupe de cinéastes tessinois:
    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/48B9hW_8Xy0" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    Mouton de garde, initiative citoyenne créée en réaction aux dérapages de la campagne électorale suisse des moutons de l’UDC en 2007

    Initiative de protestation contre les affiches sur les criminels étrangers

    Mouvement des créatifs suisses

    Mouvement Seuls les moutons votent UDC,

    Racisme et homophobie

    24 novembre 2010


  • Homos ou hétéros: nous sommes tous égaux!
  • Aide aux sans-abris
  • Soirée contre l’homophobie à Puplinge – Les jeunes sans statut légal par Yannis et Manu
  • Un sujet encore tabou: l’homophobie
  • Ecole de culture générale
  • Insérez des lois contre l’homophobie
  • LIENS ET DOCUMENTS UTILES:

    RACISME:

    HOMOPHOBIE

    Préjugés entre jeunes Noirs et vieux Blancs..?

    Objectif :


    Nous pouvons constater que les étrangers subissent certaines lois qui sont dites racistes (= renvois des « criminels » étrangers). De plus, ils sont mis à l’écart avec l’emplacement de leur logement ( =regroupés dans des cités, HLM). Les étrangers subissent des insultes verbales, dans la vie courante et certains ont même des agressions physiques en rapport avec leurs origines. En outre, dans le milieu professionnel, l’embauche n’est pas facile quand nous avons une couleur de peau différente du pays d’adoption, une culture différente, des accents et des noms à forte connotation étrangère. Nous remarquons que les personnes âgées, non-cultivées ou très nationalistes sont plus racistes que les autres citoyens. Donc, notre objectif sera celui de rencontrer autours d’une table des personnes âgées, de leur soumettre un questionnaire et de discuter avec eux, pour qu’ils cessent d’avoir des préjugés.

    Le message à faire passer: il n’y a aucune différence entre un suisse et un étranger, car les frontières ont été créé par les hommes, et que le concept de race a été inventé par les hommes, on est tous nés humains.

    Les étapes du projet:

    1. Nous allons prendre contact avec une association destinée aux personnes du troisième âge (EMS- La Châtelaine)
    2.Nous nous rassemblerons pour visionner un film et se questionner sur les préjugés à propos des étrangers.

    journal de bord:

    20.01.11:
    Nous avons créer un questionnaire
    27.01.11:
    Nous avons téléphoné à plusieurs EMS pour avoir une permission d’entretien avec des résidents et certaines d’entre elles ont répondu négativement.
    31.01.11:
    Nous avons reçu une réponse positive de la part de l’EMS de Châtelaine ( Mme Brifa, animatrice) pour fixer un rendez-vous le mercredi suivant ( 09.02.11)
    09.02.11:
    Le rendez-vous a bien eu lieu, comme prévu.

    Questionnaire:

      1) Avez-vous des ancêtres étrangers?

      2) Êtes-vous plus de droite ou de gauche?

      3) Qu’avez-vous voté lors de l’initiative du “renvois des étrangers criminels “?

      4) Étiez-vous informé du caractère extrême de l’initiative proposée par le parti de l’UDC? (touchant autant un Sénégalais qui vend de la drogue qu’un Italien qui vole du pain)


      5) Connaissez-vous les affiches de l’UDC? Êtes-vous choqués par celles-ci?


      6) Pensez-vous que les actes de délinquances sont en rapport avec les origines des délinquants?


      7) Pensez-vous qu’un suisse peut être délinquant?


      8) Sentez-vous vous racistes envers les suisses délinquants de la même manière que seriez raciste envers un étranger délinquant?


      9) Avez-vous peur des étrangers, ceux différents physiquement, d’origines différentes et de religion non-chrétienne? Pourquoi?


      10) Pensez-vous que vos idées préconçues/préjugés sont fondés?


      11) Pouvons-nous vous convaincre sur le sujet?


      12) Regardez-vous beaucoup les médias? Ont-ils un impact sur vos préjugés?


      13) Qu’est ce que cela vous fait de savoir que votre voiture est italienne, votre couscous est arabe et votre thé chinois?

      Réponses:
      De manière générale les réponses étaient données par une minorité d’intervenants, certains étaient plus actifs que d’autres ce qui fait que les réponses aux questions ne sont pas forcément exhaustives. Forcément, on ne pouvait pas les forcer à répondre.
      Lors de la confection du questionnaire nous étions dans un état d’esprit d’avoir affaire à une foule de personnes dont une majorité serait empli de préjugé et racistes, donc le questionnaire a été conçu dans cette optique là, du coup la pertinence des questions à considérablement chuté dans la mesure où nous avions affaire à des personnes très ouvertes d’esprit, des discours “jeunes” absolument pas comme nous le pensions initialement.

      1) La majorité des résidents qui ont accepté d’être présent ce jour là étaient et avaient des ancêtres suisses, il y avait également 2 suisse-allemand et une italienne.
      2) Une personne était de droite, un vieil homme plutôt cultivé nous a fait comprendre le manque de pertinence de notre question dans le sens où on ne peut pas réduire les pensées des gens à des orientation politique, ce n’est pas parce qu’un tel à globalement des idées de droite que toute ses idées seront de droite…
      3) ceux qui nous ont répondu ont voté NON à cette initiative, ils étaient même plutôt outré du caractère absurde de cette initiative et certain qualifiait le partie de l’UDC comme un parti propagandiste se servant de la peur pour arrivé à leurs fins et inciter le peuple craintif de rejoindre leurs avis.
      4) Encore une fois l’interrogation a été remise en question, une personne disait que la gravité de l’acte n’avait aucun rapport avec l’origine de la personne, au final la question n’a pas été très bien comprise selon nous.
      5) La totalité des répondants ont dit qu’effectivement les affiches de l?UDC les choquaient et une personne s’est dite être contre cette manipulation du peuple par la foule, cette instrumentalisation de la peur.
      6) Ils ont rigolé et répondu qu’évidemment c’était le cas, que la délinquance n’avait pas de rapport avec l’origine et qu’il y avait des habitants de souches  délinquants comme partout sur Terre.
      7) comme 6)

      8) Un couple présent a pris la parole pour raconter une anecdote; ils étaient à pékin et au final ils étaient dans la peau d’étranger, et au final le sentiment de peur n’est pas exclusivement propre aux allochtones dans la mesure où on est tous l’étranger de quelqu’un d’autre
      9) La 8 y répond.
      10)La majorité était d’accord pour dire qu’il était nécessaire de se remettre en question car absolument toute les connaissances qu’on a nous ont été transmise par autrui et les préjugés proviennent de connaissances, en somme nos préjugés proviennent des idées d’autres personnes, ils viennent d’ailleurs, ce sont des idées préconçues et donc créer auparavant par d’autres personnes.
      12) Oui les médias sont une source de crainte et de peur. Ils nous informent sur les actualités mondiales, les guerres, les conflits et ils nous transmettent leur vision des choses qui est celle de l’Occident, de l’ONU, en parlant de guerre une question subsidiaire nous est venue celle de savoir de quelle façon ils percevaient les événement en Afghanistan, les ingérence militaire etc, la majorité était d’accord de dire que la guerre ne résout rien et que les victimes étaient des civils et que de ce fait c’était catastrophique (car il faut bien  comprendre que la majorité des personnes présente ce mercredi après midi avaient déjà vécu de près ou de loin des événement a peu près similaire notamment le fascisme de Mussolini, les déportation, forcément ils voyaient les choses d’un point de vue humaniste et étaient du coté des civils
      13) ils ont rigolé et ont dis que cela dépendait des gout de chacun et que c’était pas un problème que leur café viennent d’ici ou que leur voiture de là.

      En conclusion ce qui ressort de cette journée de débat est que nous avions des préjugés sur eux qui se sont avérés faux car les personnes présentes étaient ouvertes d’esprit et que d’autres personnes plus renfermées n’ont pas voulu venir discuter de peur d’être jugées. Globalement ils étaient d’accord pour dire que la mondialisation était une bonne chose et que le mélange des origines ne leur posaient pas de problèmes à part celui de la communication et qu’il serait plus simple d’avoir une langue universelle comme le espéranto pour que tout les citoyens occidentaux puissent se comprendre et par conséquent aient moins d’incompréhension due a une difficulté de communication.

    Liens

    Cité Séniors

    Collectif Afroswiss

    Associations communautaires à Genève

    Viens et vois !!!

    Problématique: Intégration culturelle à l’Ecg !!

    Objectifs: Mélange des cultures

    Activité: Exposition de préjugés et leurs realités + prendre des photos d’élèves de diverses cultures

    L’exposition aura donc lieu du 14 au 18 Février 2011 dans le hall d’entrée de l’ECG Jean-Piaget. Vous pourrez dans un premier temps mettre vos impressions sur les photos sans textes. Et à partir de jeudi, nous rajonterons les préjugés. Nous remercions ceux qui ont été d’accord de poser pour les photos!

    ET POUR VOUS, C’EST QUOI UNE BONNE INTEGRATION?

    LIENS ET DOCUMENTS:

    Bureau de l’intégration des étrangers, Genève

    Forum pour l’intégration des migrantes et des migrants

    par Maeva, Julia, Patricia, Elodie et Juliette

    Perception des musulmans à Genève

    23 novembre 2010

    Problématique: Perception des musulmans à Genève

    Objectifs: Sensibiliser les étudiants genevois ayant une image erronée de l’Islam, leur permettant ainsi de ne plus adhérer à certains amalgames.

    Activité: Organisation d’une visite scolaire à la Mosquée de Genève, distribution de questionnaires avant/après la visite dans le but d’en évaluer son impact.

    1a)La communauté musulmane de Genève

    2a) Sensibiliser les personnes qui ont une image éroné de l’Islam ce qui leur permettront d’éviter certains amalgames

    2c) Étudiant comprenant la communauté musulmane de Genève ainsi que des noms musulmans plus ou moins tolérant voir pas du tout envers l’Islam

    2d)Prendre contact avec …

    2e) De la compréhension et avoir une meilleure approche sur l’Islam . Changer la vision des gens sur l’Islam

    Islam et médias: images

    Journal de bord:

    Nous avons ecris des questions, appelé l’imam de la mosqué pour fair l’exposé là bas.Nous nous sommes mis d’accord pour présenter notre travail le lundi et jeudi dans deux semaines à deux classes de première.

    Questionnaire :

    • QSM et questions réponses - Votre vision sur l’islam est plutôt positive ou négative?[] positive[] négative
      - Avez-vous des amis(es) de confession musulmane? Si oui, parlez-vous d’ Islam avec eux? Entourez la réponse.OUI / NON

      - Comment définiriez-vous les musulmans de Suisse en trois mots?

      - ………………..

      - ………………..

      - ………………..

      - Concernant l’initiative contre les minarets avez-vous voté:
      OUI ou NON

      - A quoi vous font penser ces images?
      (question orale)

      - Liste des préjugés. Entourez les préjugé que vous avez déjà entendu:
      - barbue
      - attentas/ terroriste
      - soumission des femmes
      - Ben Laden/ al Quaida / Kadhafi
      - lapidation/ couper la main(vole)-peine
      - mariage forcés

      - Par rapport à l’image des musulmans, pensez-vous avoir été influencez par les médias?

      - Oui parce que …………………………………………………………………………………………………….

      - Non parce que ……………………………………………………………………………………………………

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/mTGbeFOB-SE" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    Articles d’actualité sur l’Islam en Suisse:

    Liens et documents:


    Vie musulmane en Suisse, rapport réalisé par le Groupe de Recherche sur l’Islam en Suisse (GRIS)

    Le paysage religieux en Suisse

    Résumé de la Journée d’étude sur la montée d’un climat antimusulman à Genève, Bureau de l’Intégration des Étrangers

    Union des organisations musulmanes de Genève (UOMG)

    Les relations avec la minorité musulmane en Suisse Prise de position de la Commission fédérale  contre le racisme (CFR) sur l’évolution actuelle, juin 2006

    Groupe de recherche sur l’Islam en Suisse dont les buts sont de:

    • Développer des projets de recherche visant une meilleurs connaissance de la réalité musulmane en Suisse
    • Offrir des informations sur les questions liées à la présence de l’Islam et des musulmans.
    • Tisser des liens avec la société civile.
    • Organiser des colloques et des formations qui permettent aux différentes parties de se rencontrer.

    Questionnaire d’évaluation:

    1) Qu’avez-vous appris de cette visite?

    2) Avez-vous apprécié cette visite?

    Racisme et autres discriminations

    13 octobre 2010

    Une première séance a été consacrée à l’analyse des mécanismes qui peuvent conduire à la discrimination, qu’elle soit raciale, religieuse, ou encore liée à l’orientation sexuelle, en isolant les différents facteurs (préjugés, origine des préjugés, passage du préjugé à l’acte, différents types d’actes discriminatoire). Ils ont ensuite compris que pour faire cesser les pratiques discriminatoires, il était la plupart du temps nécessaire d’agir sur les préjugés qui généraient de telles pratiques.

    Handicap mental

    “- Pédé!” “-Et Alors!?”

    Sans-papiers

    Aveni’Roms

    Ton apparence n’est pas une différence

    ECG Jean-Piaget Racisme Carlo Guida

    1 septembre 2010

    Atelier sur le racisme à l’École de Culture Générale Jean-Piaget, avec la collaboration de la Ligue Internationale contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA), une association créée en 1927 à Paris et qui lutte activement contre les discriminations raciales.

    La première séance de cet atelier sur le racisme a été animée par la LICRA et consistait en une présentation du fonctionnement des mécanismes de discrimination raciale, au moyen de cours métrages et de jeux de rôles interactifs.

    La deuxième séance,  toujours animée par la LICRA, était dédiée à l’identification des comportements racistes et aux différentes manières de se positionner face à ceux-ci. Les élèves ont dus jouer des situations tirées de leurs expériences personnelles en respectant deux consignes: la présence de trois types de personnages, l’agresseur, la victime et le témoin, en notant que dans la plupart des agressions à caractère racial, au moins un témoin  est présent; la présentation obligatoire d’une solution à la situation jouée.

    [kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/qPj391vCD70" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

    Les élèves se sont pris au jeu et ont présentés des situations très concrètes et variées. Ils ont appris que les phénomènes de racismes peuvent être particulièrement subtils et qu’ils seront amenés à se positionner et à faire des choix personnels, lorsqu’ils seront confrontés à des situations similaires. Les élèves ont pus ainsi déconstruire la dynamique des phénomènes xénophobes et racistes et en ont saisis les mécanismes principaux.

    Au cours de la troisième séance, les élèves ont démarrés l’élaboration de leurs projets contre le racisme. Ils se sont répartis en cinq groupes et commencent à affiner leurs problématiques.

    Les projets des élèves: